• Un peu de couleur dans ce monde de grisaille ! ...
    Voici un diaporama de notre visite en avril 2009 du parc floral du "Keukenhoff" en Hollande.
    Nous recherchions alors "la" tulipe noire ! ...

     La tulipe noire ! 

    ~ Diaporama ~

     une petite Venise !  

     

    beautés sublimes ...

     ~ Diaporama ~

    je vous laisse admirer ce diaporama ! 

     

    Le magnifique Keukenhof, un parc historique débordant de tulipes, jacinthes, narcisses et autres fleurs de printemps, est le lieu incontournable où célébrer l’arrivée du printemps.Ce parc est mondialement connu et attire chaque année de nombreux visiteurs venus du monde entier. 

     

     

     

    Keukenhof, unique et inoubliable!
    (SO d'Amsterdam)

    Keukenhof est le plus beau parc printanier du monde ! 7 millions de tulipes, hyacinthes, jonquilles, orchidées, roses, œillets, iris, lys et bien d'autres encore. Vous serez submergé par un déferlement de couleurs et de parfums. 30 expositions de fleurs et de plantes se succèdent dans les pavillons. On y découvre les grandes tendances du jardinage et on fait le plein de bonnes idées dans les 7 jardins d’inspiration. Les fleurs mettent en valeur de nombreuses œuvres d’art.

     



    Keukenhof bouillonne, enchante et inspire pendant huit semaines ! À ne pas manquer !


    Pour une journée de détente, allez vous y promener et n’oubliez surtout pas votre appareil photo ; ce parc vous offre un décor magnifique. 20 mars 2014 - 18 mai 2014


    21 commentaires
  • A seize kilomètres au nord d’Angers la commune de Soucelles est très agréablement située.
    Sa campagne est l’une des plus typique de la région. Le Loir, au sud, forme sa limite naturelle. Les bois, les prairies par leurs reliefs, leurs couleurs lui donnent un attrait supplémentaire. Très tôt l’homme a été attiré par ce doux paysage puisque l’histoire ancienne de Soucelles se confond avec la présence d’une tribu gauloise « les Andigaves » qui vivait dans la région un siècle avant JC.

    La gadoue la gadoue la gadoue ! Ca fait shplouf, ça fait flouc et ... 

      ~ Diaporama ~

     mi bois, mi chemin, mi goudron ...  

    Ils s'en allaient clopin-clopant dans la grisaille et dans le vent,

     ~ Diaporama ~

     

    Du mois de Septembre au mois d'août
    Faudrait des bottes de caoutchouc
    Pour patauger dans la gadoue

     

    Une à une les gouttes d'eau
    Me dégoulinent dans le dos
    Nous pataugeons dans la gadoue



    Vivons un peu sous le ciel gris-bleu
    D'amour et d'eau de pluie
    Et puis mettons les essuie-glaces
    Et rentrons à la maison



    Ça nous changera pas d'ici
    Nous garderons nos parapluies
    Et nous retrouverons la gadoue



    Il fait un temps abominable
    Heureusement t'as ton imperméable
    Et ça n'empêche pas la gadoue



    Il fallait venir jusqu'ici
    Pour jouer les promeneurs transis
    Et patauger dans la gadoue
    SG retouché


    17 commentaires
  • De l'or, il y en a eu dans les Mauges, notamment à St Pierre Montlimart où une mine a été exploitée jusqu'en 1954. Une société orléanaise veut retrouver le filon pour l'exploiter.
    Les historiens pensent que la fondation du premier village à l'emplacement de l'actuel Petit-Montrevault a été motivée il y a 4000 ans par la présence d'or. Le filon d'or aurait même engendré des combats entre Gaulois et Romains !

    Origine du nom “Mauges” : d'après ces diverses formes du nom primitif, l'origine en serait due aux exploitations de mines de fer et de plomb, peut-être aussi de houille, “metalla”, répandues autrefois dans le pays. Mais, l'étymologie du nom est très incertaine ...

    Quant à la légende, “Mauges” serait une déformation de “mauvaises gens”, et proviendrait même de Jules César, qui aurait appelé ainsi (ou,  malae gentes) la population du pays. 
                               Je puis vous assurer qu'il n'y a pas pire calomnie ! ...

    Des pépites ! Waaaaahouououou ! 

    Mon Grand Père y était charpentier ; il est mort jeune, rongé par l'arsenic ... 

    Les communes concernées des Mauges dont "Le Puiset Doré" ...
    where I was born ...

     L'or sera par la suite exploité par les Mines de la Bellière, société minière implantée à Saint-Pierre-Montlimart entre 1905 et 1954. Environ 10 tonnes de ce métal précieux ont été extraites du sous-sol, auxquelles s'ajoutent environ une tonne d'argent.

    C'est Jean Blavier, noble de la commune, qui finançait les recherches.
    L'extraction a été interrompue lors des guerres de 1914-1918 et 1939-1945. En 1910, des Bretons et des Auvergnats sont venus travailler à la mine qui employait alors 750 ouvriers.
    Neuf puits ont été creusés. A cette époque, la population de la commune a doublé, passant de 1000 à 2000 habitants.
    Si cette nouvelle société s'intéresse à cette région des Mauges c'est que ses ingénieurs sont à peu près certain d'y trouver ce qu'ils cherchent. La mine qui se trouve à La Bellière a fermé en 1954. Le sol contenait jusqu'à 310 grammes d'or par tonne, un taux assez élevé pour qu'on s'y intéresse encore (les déblais en contiendraient encore plus de 2 grammes par tonne). La société ne s'avance pas sur l'exploitation future mais exclut d'emblée la mine à ciel ouvert. Elle sera donc souterraine en galeries sans extraction des déblais.
    Les galeries creusées s'étendaient sur 25 km, à trois niveaux différents, de 17 m à 170 m de profondeur, en direction de Montrevault. Les derniers vestiges des accès aux mines ont disparu en juillet 2006, le propriétaire du site voulant éviter tout accident.


    15 commentaires
  • Que d'eau ! Que d'eau ! Que d'eau ! Y'en a marre ! Quoique ce matin nous soyons passés juste entre les averses ! Une chance ? Non ! C'est grâce à l'un des haïkus de Marc de Metz modifié (s'il me le permet) qui nous a beaucoup aidé !

    Quand en promenade
    Le vent emmène nuages
    La pluie ne tombe pas    ® Marc de Metz

    Le "moulin de Froment" commence à avoir les pieds dans l'eau !

    ~ Diaporama ~

    Les petites routes de campagne sont totalement saturées

     

    Dans les champs les semis de céréales se meurent ...

     ~ Diaporama ~

     

    Je cite la feuille de chou locale : 

    Ce lundi après-midi, cinq routes sont coupées à cause des pluies importantes tombées ces derniers jours en Anjou.

     

    Cinq routes coupées

    « L’onde de crue est attendue dans la soirée »
    assurent les pompiers de Maine-et-Loire.

    Vers 22 h. Pas d’inquiétude cependant : « L’eau devrait donc continuer à monter un peu. Ensuite, ça va se calmer ».


    Cinq routes de Maine-et-Loire sont ainsi coupées. « Rien d’exceptionnel, elles le sont fréquemment ».


    Dans le secteur du Lion d’Angers, ce sont les RD 109 (entre Soulaire et Briollay) et 108 (entre Brissarthe et Chemiré).


    Du côté de Doué-la-Fontaine, il s’agit de la RD 205 (Chacé), la RD 360, la RD 260 (Artannes).

     

    Le vent devrait un peu se calmer cette nuit. Et le soleil faire quelques apparitions demain.

     

    Malgré la pluie, les cours d'eau restent stables. Seuls l'Oudon et la Mayenne sont en vigilance jaune pour les crues.
    La Maine est repassée en vert.


    15 commentaires
  • Le soleil revient ! Profitons-en ! Partons nous promener dans les Basses Vallées Angevines !
    Le voyage pour moi, ce n'est pas arriver, c'est partir. C'est l'imprévu de la prochaine escale, c'est le désir jamais comblé de connaître sans cesse autre chose. C'est demain, éternellement demain ... 

    Pinèdes sur anciennes sablières

     ~ Diaporama ~

    longères angevines avec encorbellement et corniche en tuffeau 
     

    des sentiers hors inondations ...

     ~ Diaporama ~

    Un vent de sud-ouest souffle sur l'Anjou. Le ciel est chargé mais le gros des averses est passé. Depuis des jours, la pluie n'a cessé de tomber, gonflant les rivières qui n'ont pas tardé à inonder les prairies dans les Basses Vallées Angevines. C'est là, que convergent les trois grands affluents du nord de la Loire,(Mayenne, Sarthe et Loir) greffant sur le fleuve un cinquième de son bassin versant, par un pédoncule de 12 km : la Maine.

     

     

     

     
    Les Basses Vallées Angevines offrent un écrêteur de crue de 200 millions de m3 aux portes d'Angers et un décanteur de 9 200 hectares. Il constitue un biotope de valeur internationale au centre de l'arc atlantique. Il est reconnu à ce titre comme « zone humide d'importance internationale »

     

     

     

     


    Les Basses Vallées Angevines sont un espace récréatif aux portes de la ville. L’offre de randonnée s’articule autour du sentier de grande randonnée de pays, la boucle principale offre 100 km de circuit auxquels se greffent 250 km de boucles communales. Les paysages sont variés : sablières, forêts, agriculture, prairies, peupleraies ...


    10 commentaires
  • Venez découvrir cette commune des bords du Loir qui fut le lieu de résidence des évêques d’Angers à la Renaissance. A 15 minutes d’Angers, goûter au calme et à la fraîcheur des rives du Loir le temps d’une exposition, d’un concert ou d’une randonnée en famille ...


    c'est parti dans la brume épaisse protégés par des "gilets jaunes"


    plus de 9 km sans voir plus loin que le bout de son nez

     

    sont comme nous                                                    dans le brouillard ...

     
    les oies du Capitole                                                      à droite ou à gauche ?


    qu'il est bien seul le pauvre petit cheval blanc ... que l'on voit noir !

     
                  ça va chauffer                                            encorbellement de tuffeau et briques

     
                   un petit coup d'œil volé                             des jeunes sapins dont on fait des planches pour ...


    9 commentaires
  • Dès potron-minet ...
    Corzé est situé à 17 Km au nord-est d’Angers en direction de Paris.
    La RN 23 (RD323) traverse le territoire de la commune qui est bordé au Nord-Ouest par le Loir contre lequel s’est construit le bourg et par des bois à l’Est et au Sud où se cache l’autoroute.
    Des bords du Loir, accessibles sur la totalité du territoire de la commune, aux bois bordant la commune au sud-est, la commune de Corzé offre des paysages variés qui invitent à la promenade.
    L'ancienne voie ferrée du "Petit Anjou" transformée en chemin pédestre et cycliste permet de faire une boucle pédestre d'environ 8 km en empruntant également les bords du Loir.

    Dès le matin dans la brume et sur la gelée

     

     ~ Diaporama ~

    Nous allons d'un bon train et groupés dans la froidure ...

     

    En priant pour que le soleil nous réchauffe vite ...

     ~ Diaporama ~

      

    L'environnement à Corzé

     

    Le Moulin de la Motte 

    ... tel qu'il se présente aujourd'hui, remonte en grande partie au XVème siècle. D'autres moulins l'ont précédé car on retrouve traces de moulins à Corzé dès le XIIè siècle.
                 Non visible dans le diaporama

     

    L'église Saint-Germain

     

    La partie la plus ancienne est le clocher. Trapu et surmonté d'un clocher couvert d'ardoise, il date du XIème siècle.
    Le choeur est de la fin du XVIII de même que toute sa décoration à l'antique: boiseries, stalles, statues en terre cuite dans des niches entre les fenêtres.
    La nef a été refaite au tout début du XXème siècle, il ne subsiste rien de la nef précédente qui avait été restaurée au XIXème.
    Des statues des XVIème et XVIIIème siècles sont conservées dans les chapelles latérales.

     

    Randonnées

     

    Des bords du Loir, accessibles sur la totalité du territoire de la commune, aux bois bordant la commune au sud-est, la commune de Corzé offre des paysages variés qui invitent à la promenade.

     

    L'ancienne voie ferrée transformée en chemin pédestre et cycliste permet de faire une boucle pédestre d'environ 8 km en empruntant également les bords du Loir.

     

     

     


    13 commentaires
  • Sur l’eau, le cygne est l'un des oiseaux les plus majestueux. Une courte queue redressée, un cou gracieux en forme de « S », des ailes souvent gonflées et entrouvertes pour le mâle, c’est le portrait type de ce cygne.
    Petites inondations en cours qui déplacent les cygnes et en particulier cette nichée qui semble sédentarisée en Anjou. Ils passent nonchalants au fond de notre jardin sur un niveau d'eau à ~3,20 m

    Nichée de cygnes en cours de déjeuner ... 

     

    Notre jardin est inondable sous 3 à 4 m d'eau et la photo précédente est resituée dans ce contexte (inondations de 1995) 

     

    Sympathiques mais pas facile à approcher ...

    Le Cygne tuberculé est l'espèce la plus nombreuse et la plus répandue parmi les cygnes européens, il est aussi la seule espèce visible toute l'année.
    C'est aussi l'un des plus gros oiseaux volants au monde.
    Il se distingue des autres cygnes par un tubercule cartilagineux noir, situé à la base de son bec orangé.
    Lorsqu'il est sur l'eau, ce grand oiseau d'un blanc pur, est reconnaissable de loin grâce à son long cou gracieux qui recourbé en forme de S, contrairement aux autres cygnes européens.
    Lorsqu'il nage, ses rémiges secondaires sont souvent dressées.
    En vol, son cou est tendu comme celui des autres cygnes et les battements de ses ailes provoquent un son rythmé et musical, audible de loin.
    Les deux sexes sont semblables, mais le mâle est toutefois plus grand et son tubercule est plus gros, surtout au moment de la nidification.
    Son bec rouge orangé est aussi plus vif.
    Les jeunes cygnes sont généralement gris-brun sale, à bec gris sans tubercule.


    C'est un oiseau sociable, sauf quand il se reproduit.
    Dès le début du printemps, les cygnes commencent à délimiter leurs territoires, adoptant volontiers une attitude menaçante envers leurs congénères, mais aussi contre d'autres intrus, l'homme y compris.
    Il adopte alors une posture de menace caractéristique, les ailes dressées comme des voiles et la tête abaissée sur le dos.
    Il niche isolément, plus rarement en petite colonie.
    Il plonge la tête et le cou dans l'eau pour pâturer la végétation subaquatique.


    11 commentaires
  • Premier parc de rencontres interactives avec l’univers du végétal, le parc de loisirs TERRA BOTANICA a ouvert ses portes en 2010 au cœur de l’Anjou, à Angers (49).
    11 hectares de jardins, de bassins aquatiques et de serres, jalonnés de d’attractions et animations offrent une découverte multidimensionnelle de la flore des 6 continents. Une expérience unique au monde.
    Je l'ai visité en 2011 et je le revisiterais bien en 2014 dès que le printemps revient ♫♪♫♪♫♪♫♪♫♪

     

     Le chemin d'eau 

     ~ Diaporama ~

     Les plantes aquatiques

     

     

    Beaucoup de mouvements d'eau ... 

     

     ~ Diaporama ~

     

    Découvrez aussi 3 autres jardins en Anjou !

    Les chemins de la rose
    Sur un magnifique parc paysagé de 4 hectares et planté de 15000 rosiers, vous découvrirez, dans le sillage de parfums capiteux, toute une harmonie de formes et de couleurs composant des scènes naturelles et reposantes. Un lieu magique pour remonter le temps et céder aux charmes des roses. www.cheminsdelarose.com – 02.41.59.95.95


     

    Camifolia
    Camifolia est un écrin de verdure au cœur de la vallée de l’Hyrôme. Le jardin des plantes médicinales, aromatiques et tinctoriales de Chemillé 49 présente plus de 500 espèces de plantes aux propriétés étonnantes. www.theatre-foirail-camifolia.com – 02 41 49 84 98

     

    Le Parc Oriental de Maulévrier
    Le Parc oriental est le plus grand jardin japonais d’Europe. Il vous surprendra par son extraordinaire cadre architectural et botanique, son histoire, son symbolisme, la taille «à la japonaise» pratiquée sur certains arbres. 

    www.parc-oriental.com – 02.41.55.50.14


    17 commentaires
  • LES ESPECES EN FOLIE
    Le muséum des Sciences Naturelles d'Angers consacre une exposition aux problèmes environnementaux engendrés en Anjou par les espèces invasives.

     

     Le ragondin 

     ~ Diaporama ~

     Le silure

     

     ~ Diaporama ~ 

     

    SAVEZ-VOUS CE QU'EST UNE ESPÈCE INVASIVE ?

    Consultez le web pour en savoir +

    Savez-vous que l'introduction d'espèces exotiques à caractère envahissant, auxquelles appartiennent les irréductibles jussies, les insatiables silures ou encore les indésirables ragondins, constitue la deuxième cause d'appauvrissement de la biodiversité dans le monde, juste après la disparition et la dégradation des habitats naturels ?

     

    L'exposition nous apprend que si l'homme est un facteur important des mouvements invasifs, et ce, au moins depuis la sédentarisation des peuples, les invasions biologiques se sont succédées et multipliées au cours du temps pour atteindre leur apogée à la fin du 20ème siècle. 

    L'approche de cette exposition se veut originale et critique car loin de hurler avec les loups : "halte aux envahisseurs !" ou "haro sur les espèces exotiques envahissantes !", l'exposition aborde le dossier des invasions biologiques dans le temps, en envisageant aussi bien les effets positifs que négatifs de ces conquérants inattendus.


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique