• L'un des Zoo les plus accueillants qu'il m'ait été donné de rencontrer ...Le Bioparc Zoo de Doué-la-Fontaine, situé au cœur de la vallée de la Loire, est internationalement reconnu pour son implication dans la sauvegarde des espèces menacées. Camp des Girafes, vallée des rhinocéros, grande volière sud-américaine, canyon des léopards, sanctuaire des okapis…ce sont plus de 1000 animaux du monde entier réunis dans l’unique zoo troglodytique au monde.
    C'est toujours très agréable d'y aller passer un après-midi en famille ou avec des amis et, quand on aime on le dit haut et fort ...

    Informations pratiques ... Ouvertures en fin de saison
    Du 01/10 au 02/11 : tous les jours de 10h à 18h30. … Boutique ouverte toute l'année. 

    Qu'il est beau !

     

      Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !

     

    ~ Diaporama ~
    de la visite

    « Le Bioparc comptabilise plus de 150 naissances par an !

    Pour la majorité des espèces, l’élevage est assuré de manière naturelle par les parents. Pour certains oiseaux, l’élevage est assisté par notre équipe qui place les œufs sous incubateur artificiel et suit de près l’éclosion et le développement des oisillons.

    Les jeunes resteront tout le temps de leur sevrage et croissance avant d’être déplacés vers un autre zoo ou d’être réintroduits dans la nature comme c’est le cas pour nos vautours et nos ibis chauves. »

    • 11/06/14 : 3 aras de Lafresnaye

    • 10/06/14 : 2 aras militaires de Bolivie

    • 27/05/14 : 1 ara hyacinthe

    • 05/05/14 : 1 vautour moine

    • 27/02/14 : 1 girafe d'Afrique Centrale

    • 28/11/13 : 4 loups à crinière

    • 16/09/13 : 3 loutres géantes


    8 commentaires
  • Rencontres Végétales : le jardin d'eau

    Dimanche 14 septembre, nous avions rendez-vous au Parc de la Mairie du Plessis Grammoire 49 pour une journée consacrée au végétal. Le thème de cette 12 édition : le jardin d'eau. Nous nous sommes inspirés grâce aux nombreux exposants foisonnant d'idées et avons participé au concours insolite récompensant le plus bel arrosoir.

    Ambiance ...

     ~ Diaporama ~
    de la visite ...

     Affiche


    Ambiance générale

    Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !


    9 commentaires
  • Petite marche cette semaine pour des raisons de contraintes de RV ...

    Un petit tour dans les Basses Vallées Angevines et puis s'en vont ...
    Tout près d'Angers, la zone des basses vallées angevines est reconnue parmi les plus fameuses régions naturelles humides d'Europe.

    Nous qui sommes des inconditionnels du spectacle de la Nature, nous nous régalons !  Le décor : de vastes étendues inondables situées au nord immédiat d'Angers traversées par la Mayenne, la Sarthe et le Loir, ces trois rivières formant ensuite la Maine. De nombreux itinéraires cheminant le long de ces rivières sont aménagés. Nous tombons à chaque fois sous le charme de ces vastes prairies humides vouées à la pâture depuis des siècles. Un des endroits les plus prisés : l'île Saint-Aubin, havre de paix situé à 5 minutes seulement du centre d'Angers. Les BVA sont classées en zone Natura 2000.

    La meilleure façon de marcher c'est de mettre ... 

     

    On n'est plus seuls au monde ...

     ... Une vaste zone inondable d’environs  5 000 hectares et d’une capacité de 200 millions de m³ aux portes d'Angers.

    ~ Diaporama ~
    de la visite ...

     La mare aux canards mais sans canard ? ! ... 

     Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !

     ~ Diaporama ~
    de la visite ...

     Les Basses Vallées Angevines et l'action de sauvegarde engagée par la LPO ...

    « Début mars une brise de sud-ouest souffle sur l'Anjou. Le ciel est encore chargé mais le gros des averses est passé. Depuis des semaines, la pluie n'a cessé de tomber, gonflant les rivières qui n'ont pas tardé à inonder les prairies dans les Basses Vallées Angevines.
    Sans discontinuer, les vols d'oiseaux se succèdent au-dessus des prairies. L'air est empli des cris sonores des Barges à queue noire, des appels flûtés des Sarcelles d'hiver et des Canards pilets, des cancanements des oies...
    Sur les parcelles qui s'assèchent, explorées par des milliers de Pluviers dorés et Vanneaux huppés, les Oies cendrées pâturent sous la garde vigilante de quelques sentinelles. Le long des prairies inondées, les Barges à queue noire auxquelles se sont associés quelques Combattants variés, sondent efficacement le sol immergé à la recherche de lombrics. Plus loin, les canards de surface barbotent sur l'étendue d'eau.
    En avril, les clochettes à damier des Fritillaires embellissent d'ores et déjà les parties hautes des prairies. Fin mai, les eaux d'inondation ont laissé place à une végétation herbacée, dense et élevée. Les inflorescences jaunes des Séneçons des marais, les grappes brunes des Rumex et les épis des graminées colorent la surface de la prairie qui ondule au gré du vent. Ici croissent des plantes rares et protégées comme l'Inule britannique et la Gratiole officinale.
    Perchés sur les tiges robustes des Rumex, les Tariers des prés, Bergeronnettes printanières, Bruants des roseaux emplissent l'air de leurs strophes brèves typiques du milieu prairial.
    Dès l'obscurité tombée, le Râle des genêts émet d'étranges raclements sonores qui montent de la végétation. L'oiseau ne se montrera pas, tout au plus verra-t-on bouger le haut des herbes sur son passage.
    Une bonne partie de la nuit, tous les mâles du secteur vont se manifester. »


    9 commentaires
  • Nous avons eu envie de revoir d'où venaient nos pavés ! ...

    Bécon-les-Granits est une petite ville du nord du département du Maine-et-Loire en région Pays de la Loire.  Les habitants de Bécon-les-Granits se nomment les Béconnais et les Béconnaises.  
    L’histoire de la commune s’est longtemps écrite autour de l’exploitation du granit. Ce minéral unique fut exploité dans les carrières de Bécon jusqu’en 1972, et utilisé pour le pavage des Champs-Élysées notamment .
    Nous avons découvert un univers riche, qui façonna la culture et le développement de la commune, à travers une visite ponctuée d’objets et de témoignages visuels historiques ; en particulier des traces du "Petit Anjou", train dont la dernière  portion en activité joignait Bécon à Angers (20 Km) pour la desserte des carrières et le transport de pavés et de bordures de trottoir. Le trafic cessa définitivement le 22 février 1955. L'un de mes oncles y était chauffeur de locomotive ...
    Nous sommes donc partis à la découverte du patrimoine local, à travers le circuit des vestiges de l’exploitation du granit dans la commune. Cette ballade au cœur du territoire, nous a fait apprécier château (Château du Bois Guignot) et bâtiment ancien (la Grand'Maison) mais également les anciennes carrières de Bécon. Tout ceci est visualisable au travers du diaporama joint ... Bonne balade avec nous ... 

    La Grand'Maison 

     Seule photo trouvée du château ...

    ~ Diaporama ~
    de la visite .. 

     un des fonds d'extraction de granit (centre entraînement de plongée ...)

     ~ Diaporama ~
    de la visite ...
     

    Château du Bois-Guignot
    Aux XIVe et XVe siècle, le site du manoir est protégé de douves en eau. Au milieu du XVIIIe siècle, reconstruction et remodelage de l'environnement. De cette période date la façade symétrique aux bandeaux horizontaux, mise en valeur par une cour d'honneur s'ouvrant à l'extérieur du domaine par une patte d'oie. En 1836, des aménagements donnent l'état actuel du bâti. A la façade arrière ont été ajoutés des ailes & des pavillons qui cachent la structure du XVIIIe siècle. La chapelle néogothique a été ajoutée après 1832. Eléments protégés MH : Les façades et toitures du château,  les décors intérieurs du rez-de-chaussée et du premier étage du corps de logis principal, les décors intérieurs du premier étage de l'aile est du château, les communs, la chapelle XIXe siècle & la fuie, la cour d'honneur avec ses murs, pavillons et grilles de clôture, les douves & la pièces d'eau, le jardin clos de murs avec exèdre, les trois allées de la patte d'oie, la grande allée menant au bourg. Le Château du Bois-Guignot 49 Bécon-les-Granits, propriété privée, ne se visite pas

    La Grand’Maison
    Il y a bien, longtemps la Grand’Maison se situait sur la grande route de Rennes … Aujourd’hui, et depuis la création de la route de Rennes sous Napoléon III, celle-ci n’est plus qu’une petite route de desserte locale qui se termine en sentier pédestre. Autrefois cette route desservait également le Château du Bois Guignot, cela explique que l’entrée principale, avec sa belle grille ouvragée, soit à l’opposé Malgré son âge, la Grand’Maison a encore fière allure avec ses murs en bon granit du pays (granit doré et non bleu car c’est du granit de surface et non du granit de profondeur) et sa toiture à deux pentes entre des pignons à rondelis surmontés de grosses cheminées de schiste ardoisier. Sa tourelle carrée en avant corps a malheureusement été réduite dans sa hauteur. On notera ses baies à meneaux aux fines moulures taillées dans le dur granit qui signe une construction de XVI ème siècle. A l’arrière, on découvre un surprenant jeu de toiture au charme particulier ainsi qu’un vieux puits carré à margelle ouvragée. Hélas ce dernier a perdu son pavillon en ardoise. ...

    ... Il était porté par une charpente à quatre piliers de bois selon un modèle typiquement angevin. A ce jour, on ne sait dire où se trouvait la chapelle signalée en 1603 à l’occasion d’un service à célébrer pour le repos de l’âme de Perrine Ragot, Dame de la Grand’maison. De même, on ne peut situer exactement l’emplacement de la grande avenue qui reliait la bâtisse au Bourg de Bécon. Le premier nom rattaché à l’histoire de la Grand’maison est celui de Jeanne de la Marqueraye, issue d’une famille qui avait servi le Roi Henri II , Comte d’Anjou, à l’époque où il fondait l’hôpital St Jean à Angers. Je vous passe les détails des vicissitudes de cette Grand'Maison pour en arriver aux années 90, lorsqu'une des héritières du Bois Guignot, sensible à la détresse de ces vieilles pierres, aura l’initiative de solliciter l’inscription de la Grand’maison à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques. Sa protection contre diverses menaces est ainsi assurée. Elle décidera alors de la restaurer pour s’y installer : la toiture, les planchers sont refaits, les terres cuites déposées, nettoyées et réinstallées, les meneaux qui ont disparus sont retaillés, les portes et fenêtres sont réouvertes et, de nouveau, après avoir été abandonnée pendant 30 années, en 1992, la Grand’maison est habitée. A ce jour, la restauration se poursuit en famille, avec patience et obstination ...

     Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !


    9 commentaires
  • Ce premier volet est consacré à la visite des jardins du Centre d'art et de Nature 
                        "Les Jardins des péchés capitaux"
    "La perfection du juste est formée de la bonne composition des sept péchés capitaux, comme la lumière blanche de la composition des sept couleurs traditionnelles". Paul Valéry - Tel Que.

     Pour l'amour de Tongariro 

    une belle parmi les belles ... 

      ~ Diaporama ~
    de la visite ...

     
    "Gourmanderie" ...

    Votre avis m'intéresse ! Laissez-moi un commentaire ! ... Merci !

      ~ Diaporama ~
    de la visite ...

     

    Chaumont-sur-Loire

    Et si tout naturellement le jardin appelait un hédonisme sans entraves, une tentation née d'un éden perdu, une soif de connaissance et de dépense ?

    Espace magique invoquant pour s'épanouir la règle que l'on peut subvertir et la liberté qui pour vivre connaît ses limites, il est à Chaumont-sur-Loire en 2014 l'expression capiteuse des péchés capitaux, un festival de débordements et de retenues, le témoignage brillant de ce qu'est la dualité des élans et des caractères.

    Les jardins célèbrent une alchimie qui ne saurait être impeccable, c'est-à-dire sans péchés, mais, selon Valéry. "la perfection du juste".


    Qu'en est-il, en effet, de la gourmandise et de l'orgueil au jardin ? De la paresse et de la sensualité ? De la colère et de l'envie ? La gourmandise ne peut-elle être un péché mignon, l'emportement une sainte colère, l'orgueil un péché de jeunesse, le repos de la paresse "un charme secret de l'âme" et les jardins luxuriants, "cause de génération" ?


    Les jardins de l'édition 2014 évoquent autant les travers et les outrances de notre époque que l'univers libre léger des jardins éternels. Parfums capiteux, audaces végétales, excès divers et variés, les avers et revers de ces "péchés véniels ou majeurs d'hier et d'aujourd'hui sont évoqués avec subtilité et ont donné des ailes à l'imagination des concepteurs, qui, sans se départir de l'humour coutumier de Chaumont-sur Loire, sauront vous entraîner dans une joyeuse méditation sur des motifs éternels, source inépuisable d'inspiration des artistes.

    Chaumont-sur-Loire ®


    13 commentaires
  • Temps incertain Stop ! Ne pas trop s'éloigner Stop ! ...
    Nous avons jeté notre dévolu sur le tour du lac St Nicolas en pleine ville d'Angers ...

    Le parc Saint-Nicolas, aux paysages de combes humides et de coteaux boisés, se situe en amont de l’étang Saint-Nicolas. Il s’étend sur 37 hectares, du quartier de Belle-Beille à Avrillé.
    Autrefois utilisé pour l’exploitation de carrières de schiste ardoisier, le site, avec ses sentiers pédestres, est devenu aujourd’hui un lieu de détente, de promenades familiales et de course à pied.
    Une passerelle en bois nous conduit vers les autres parcs entourant l’étang et nous invite à poursuivre la visite. On y découve les parcs des Carrières, de la Haye et de la Garenne, connu pour abriter chèvres, walibis, daims et autres espèces animales.

     L'étang St Nicolas fait 4 km de long

    img tirée de site web :  http://www.angers.fr/ ®

     ~ Diaporama ~
    de la visite ...

     sentiers en bordure du lac ou sur les hauteurs ...

    νσтяє ανιѕ м'ιηтéяєѕѕє ! ℓαιѕѕєz-мσι υη ¢σммєηтαιяє ! ... мєя¢ι !

     ~ Diaporama ~
    de la visite ...

     Trait d'union entre la ville et la campagne, cet espace vert singulier composé de plusieurs parcs semi naturels : (parc de belle Beille, parc de la Garenne, parc des Carrières, parc de la Haye) couvre plus de 112 ha, en pleine ville, dont l'origine remonte au Xème siècle.
    Historique
    C’est Foulque Nerra, comte d’Anjou, qui décide de creuser l’étang dans l’intention de créer des carrières et d’installer des moulins à rive. ll a également construit l’Abbaye Saint Nicolas et a donné les territoires environnants aux religieux. De ce fait, l’influence des communautés religieuses a été très importante jusqu’à la révolution française.
    En 1936, l’étang St Nicolas est inscrit à l’inventaire des sites dont la conservation présente un intérêt général en accord avec la loi de 1930 qui concerne «la protection des monuments naturels et des sites de caractère artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque ».
    La ville achète le Parc de la Garenne en octobre 1936. L'aménagement du parc sera confié à René Édouard André qui veut conserver au site son caractère pittoresque et sauvage. Cette vaste zone, entre le quartier Belle-Beille et Avrillé, conserve une empreinte de l'homme importante, un aspect naturel et remarquable de diversité.
    Végétation
    Ce site est une mosaïque de milieux qui présente un intérêt scientifique. La diversité du relief, du sol et du climat permet l’existence de différents biotopes c'est-à-dire des milieux offrant des conditions de vie déterminées pour les animaux comme pour les végétaux. Chaque biotope se définit par des plantes caractéristiques, on trouve ainsi les écosystèmes aquatiques et rivulaires, les combes, la lande, le coteau nord (la chênaie, talus schisteux carrières), le coteau sud (châtaigneraie, mélange de feuillus).
    Ces cinq milieux alternent donc une végétation très diversifiée et en font un ensemble d'écosystèmes remarquable de richesse et de biodiversité. http://www.angers.fr/ ®


    8 commentaires
  • Cette fois nous avons décidé de faire le tour de l'île Tancré ...

    Rochefort sur Loire ...
    Commune ligérienne située dans le territoire du Val de Loire, site inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, Rochefort-sur-Loire est partie intégrante de la Corniche angevine.
    Située entre Loire et Layon, à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest d’Angers, Rochefort bénéficie de cette douceur angevine qui ensoleille ses coteaux porteurs de vignobles rouges et blancs, dont les réputés Chaume et Quarts de Chaume.
    L’identité de cette commune pittoresque de 2780 hectares est fortement marquée par son patrimoine historique de qualité. Centre touristique et culturel où sont implantés de nombreux commerçants et artisans, Rochefort sur Loire offre à ses visiteurs des équipements et des services de proximité, conjugués à une large palette d’activités sportives, festives, culturelles, qui sont particulièrement appréciées.

    Quelques belles bâtisses mais le reste est en décrépitude ... 

    Nous avons visité les villages en bordure de l'île
    La route est inondable ~ une année sur quatre ...
     ~ Diaporama ~
    de la balade ... 

    des cygnes remontant la rive droite de la Loire côté La Possonnière ... 

     Votre avis m'intéresse ! Laissez-moi un commentaire ! ... Merci !

     ~ Diaporama ~
    de la balade ... 

    Tancré, une île de la Loire en Rochefort sur Loire (voir la carte). Nous voulions constater l'évolution du bâti en milieux inondable depuis que la Loire est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. Je vous laisse juger ...

     

    Rochefort est à la rencontre de deux paysages à fort développement touristique et d'un événement artistique.


    Les paysages viticoles.
    Sur les coteaux de Loire et du Layon labellisés « vignobles et découvertes » au niveau national, ces paysages s’ouvrent à l’oenotourisme. La commune produit l’AOC coteaux du Layon – village. Deux crus de grande réputation sont situés entièrement sur la commune, le « Chaume » et le « Quarts de Chaume », liquoreux millénaire.
    Les paysages ligériens.
    La commune est traversée par la Loire et son bras le Louet. Ces cours d’eau irriguent une vaste vallée au pied de la Corniche angevine et un ensemble d’îles dont celle des Lombardières et de Tancré, avec des hameaux autrefois habité par des pécheurs et des mariniers. La vallée de la Loire est classée depuis 2000 au patrimoine mondial de l’UNESCO. Les prairies humides protégées par Natura 2000, les hameaux bâtis sur tertre pour se protéger des crues attirent un tourisme vert.
    Seizième Marché de la Poésie.
    Comme à chaque fois, le Marché de la Poésie de Rochefort-sur-Loire accueille une trentaine d’éditeurs qui viennent présenter leurs livres ou revues. Le week-end est ponctué par des lectures de poètes et autres rencontres autour de la poésie …Pour cette seizième édition, le Centre Poétique a accueilli les poètes suivants : Jean-Louis Bergère, Gwénola Morizur, Yves Artufel, Simon Martin, Jacky Essirard, François-Xavier Maigre, et Sophie G. Lucas.


    11 commentaires
  • Cette fois nous sommes allés marcher entre Soulaine sur Aubance (bon vins) et Saint Melaine sur Aubance (bons vins aussi)
    Au programme : campagne puis forêt puis campagne ... pas ou si peu d'habitat en vue ...

    La commune angevine de Soulaines-sur-Aubance se situe au sud-est d'Angers à 12 km.
    Le bourg est à peine à quelques kilomètres de la rivière Aubance, dont le village porte le nom.
    Soulaines est intégrée à l'unité paysagère des plateaux de l'Aubance.
    On y compte trois monuments significatifs : le Château de la Morinière, le Château de Noizé, le Logis de la Constantinière ... mais le but de notre sortie était, je le rappelle, campagne, forêt, campagne et un bon pique nique ...

     campagne ...

     

    chemin creux ...

     ~ Diaporama ~
    de la balade ...

     forêt ...

     Votre avis m'intéresse ! Laissez-moi un commentaire ! ... Merci !

      ~ Diaporama ~
    de la balade ...

     

    LES COTEAUX DE L'AUBANCE


    Le vin
    Production annuelle : ~ 5 700 hl
    Rendement de base : 35 hl/ha
    Cépage : Chenin Blanc (Pineau de la Loire)
    Contraintes techniques : Vendanges manuelles par tries successives de raisins arrivés à surmaturité et présentant une concentration par l’action ou non de la pourriture noble.

     

     


    Dégustation
    Oeil : robe intense, de couleur jaune d'or aux reflets verts, évoluant sur vieil or aux reflets ambrés.
    Nez : notes florales et de fruits à chair blanche.
    Bouche: ce vin blanc moelleux revêt un bel équilibre par une richesse gourmande et une fraîcheur marquée par la minéralité de son terroir.
    Harmonie des mets et des vins : à l'apéritif, avec des charcuteries très fines, un foie gras en terrine ou poêlé, avec certains poissons, volailles à la crème ou encore sur une cuisine légèrement épidée de type exotique.
    Température de service : rafraîchis à 6-8°C
    Potentiel de garde : De 2 à 8 ans pour des vins médiums. Au-delà de 15 ans pour les plus concentrés.

     

     

    Le vignoble
    Localisation : Les terroirs délimités de cette AOC correspondent à des situations de coteaux bien exposés et ventilés qui favorisent la précocité de la végétation et permettent l’obtention de vendanges surmûries, voire atteintes de pourriture noble. Cette zone d’environ 200 ha résulte du travail d’érosion de la Loire et de son affluent l’Aubance, formant de nombreux petits coteaux d’expositions variées, sur sols schisteux peu profonds.


    8 commentaires
  • Parc du Marquenterre : Rencontre avec la nature

    Au cœur de la Réserve naturelle de la Baie de Somme, le Parc du Marquenterre offre un espace privilégié où l’Homme et la Nature se rencontrent.
    Le temps d’une ½ journée, nous avons été séduits par ce haut lieu de la migration des oiseaux traversant les continents de l’Europe à l’Afrique.

     C'est ici ! Merci GPS ! ... 

     forte densité  ...

     ~ Diaporama ~
    de la balade ...

    Les cigognes sont de retour ...
    Votre avis m'intéresse ! Laissez-moi un commentaire ! ... Merci !

     

     ~ Diaporama ~
    de la balade ...

      

    Vous connaissez peut-être le parc du Marquenterre, mais connaissez-vous le domaine du Marquenterre ? Un vaste espace privé idéal pour la découverte de la nature.

    Situé sur la côte Picarde, au nord de la baie de Somme, le domaine du Marquenterre est une vaste étendue de forêts, dunes et étangs saumâtres, refuges d'innombrables oiseaux. Au sud du domaine, le parc ornithologique offre au visiteur la possibilité d'observer de nombreuses espèces d'oiseaux dans leur milieu naturel.

    Créé en 1973 par Michel Jeanson, le parc ornithologique du Marquenterre d'une superficie de 250 hectares se trouve au cœur de la réserve naturelle et permet l'observation, tout au long de l'année, de quelques 400 espèces d'oiseaux. Dissimulés par des écrins de verdure ou des postes d’observation, vous cheminez en silence à travers les dunes, les marais, les forêts et les prairies à la rencontre d’une faune et d’une flore extrêmement diversifiées.

    Situé sur le tracé Europe du nord - Afrique, le parc jouit d'une excellente position géographique, la diversité de ses biotopes, polders, dunes, prés salés, marais d'eau saumâtre, est soigneusement préservée.

    Parmi les différents "visiteurs" habituels du parc, il faut noter le Tadorne de Belon : gros canard trapu, aussi appelé "canard lapin" en raison de sa prédisposition à squatter les terriers de lapins à l'époque de la reproduction, l'avocette : facile à reconnaître avec son plumage noir et blanc et son long bec recourbé vers le haut, la spatule blanche identifiable à son très long bec qui s'élargit en spatule à son extrémité, mais aussi différentes espèces de hérons et bien sûr la cigogne blanche qui est très présente dans la région. 


    14 commentaires
  • Déjeuner au Château et rendez-vous avec le jardinier ...
    Depuis 1977 le château est transformé en restaurant puis en hôtel-restaurant. C'est en septembre 2001 que les nouveaux propriétaires Jean-Louis et Dominique Popihn acquièrent le Château Colbert et décident d'en faire un haut lieu de la Gastronomie régionale avec le chef Sébastien Cramard qui, après une formation dans les plus grands restaurants français, retrouve son pays d'origine.
    Pour aider ce grand chef dans la recherche des ingrédients rares, le potager d'un hectare vient d'être remis en état de production ...
    Ce château jouxte le magnifique Parc Oriental de Maulévrier : le plus grand jardin de style japonais en Europe.

    Le château des Colbert  

     Diaporama ~
    de la visite ... 

    Petite partie du potager ...

     

    De la terrasse du château, vue sur le Parc Oriental de Maulévrier

     Diaporama ~
    de la visite ... 

     

    Château des Colbert de Maulévrier
    L'histoire de Maulévrier commence au début du XIe siècle avec le premier seigneur connu, lieutenant du comte d'Anjou Foulques-Nerra : « AIMERY de MALOLEPORARIO » et de son épouse « MILSEND ».
    Les seigneurs de Maulévrier se succèdent jusqu'en 1388 date où la dernière de la lignée, Marie, épouse Jacques, sire de Montbron et futur maréchal de France. La Seigneurie passe de la famille de Montbron à la famille Gouffier en 1513 avec le premier du nom Arthus, Chambellan de Louis XII puis Premier Chambellan de François 1. Arthus Gouffier cède ensuite la Seigneurie de Maulévrier à son fils Claude qui sera Grand Ecuyer de France sous François 1er et Henri II.
    Pendant et après les guerres de Religion, la petite ville de Maulévrier connaît le déclin et c'est en 1669 qu'Edouard-François Colbert, grand soldat des armées du roi Louis XIV, futur lieutenant général et frère du ministre Jean-Baptiste Colbert, acquiert le comté de Maulévrier.


    Entre 1679 et 1683 Edouard-François Colbert fait construire le château actuel. Pendant les guerres de Vendée, Maulévrier sera un des foyers insurrectionnels et pour cette raison, incendié à plusieurs reprises avec son château.
    Le garde principal du château et du comté de Maulévrier « Jean-Nicolas Stofflet » participera activement aux combats et deviendra généralissime des armées catholiques et royales. Il sera fusillé à Angers le 25 février 1796.
    A partir de 1817 Edouard-Victurnien Colbert, arrière-petit-fils de Edouard-François, réhabilite le château.
    C'est en 1895 qu'un Maulévrais Eugène Bergère en devient propriétaire. En 1896 et 1897, le grand architecte international parisien Alexandre Marcel rénove le château. Il épouse en 1899 Madeleine Bergère, fille des châtelains. A partir de 1902 il crée le parc oriental de Maulévrier. Il deviendra en 1913 architecte en chef du gouvernement.


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique