• Soulaines sur Aubance (49) possède 2 bâtiments classés :

    1. Château de la Morinière (ruines de l'ancien) 
      Ancien château proprement dit, chapelle, fuie, puits.

      Pas de contenu externe pertinent proposé pour ce Château

    2. Logis de la Constantinière Ensemble des bâtiments et cour intérieure
      (non documenté dans cet article)

    Étonnant mais, je n'ai rien trouvé sur ce château d'autre que :

    Édifice classé monument historique en 1988
    Période de construction : 17e siècle
    propriété d'une personne privée.

    En voici 7 photos 

     
     

    À Soulaines sur Aubance (49)

          

    Façade                                                                                  chapelle 

          

     restes de la fuie                                                                                      dépendances

          

    arrière                                                                                 détails

    Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci ! 


    20 commentaires
  • Nous devions aller commander notre gâteau de Noël chez un pâtissier de renom dans un village de la 1ère ceinture de la ville.
    Par "la feuille de chou" locale nous avions appris qu'un marché de Noël s'y tenait.

    Surprise ! Nous avons visité le plus petit marché de Noël qu'il nous ait été donné de voir ... À vous d'en juger ...

           

    Nous avons commandé le "Soleil d'Hiver"                                                          La mère noël en invitée surprise dans un froid polaire ...

    Diaporama ~
    de la visite

    Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !


    10 commentaires
  • Je viens de reprendre mes pérégrinations architecturales dans ma ville ... où il fait bon vivre ...
    Au cœur de la ville d'Angers, ville d'art et d'histoire, se dresse le château d’Angers. Bâtie au XIIIème siècle, la forteresse, avec ses 17 tours de schiste et de tuffeau,  abrite la célèbre Tenture de l’Apocalypse.
    C'est l’une des forteresses médiévales les mieux conservées de France ! Colosse de tuffeau et d’ardoise, le château d’Angers multiplie les superlatifs : 17 tours, 25000 m2 de superficie et les premières traces d’occupation humaine attestées vers 4000 avant notre ère.
    Cette puissante enceinte bâtie sur "le rocher", un promontoire de schiste, au versant Nord plus qu'abrupt et dominant la Maine, sera flanquée de tours rapprochées et talutées, munie de courtines percées de nombreuses archères, et pourvue de deux portes fortifiées qui rendront la forteresse indépendante de la ville.
    Blanche de Castille n'hésite pas à réquisitionner les matériaux destinés à l'édification de la cathédrale pour mener à bien son ouvrage, qui mêlera astucieusement schiste et tuffeau.
    C'est au bout de huit ans seulement que le chantier de construction du château d'Angers se terminera, il constituera un puissant verrou entre Paris et la Bretagne.
    Le château d’Angers, aussi appelé château du roi René (René Ier de Naples) fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 1875. Mais, passons à la visite extérieure de ses remparts ...

     Le Château d'Angers ... la visite des extérieurs suit les pointillés ...

     

    Les deux tours de l'une des anciennes entrées 

    ~ Diaporama ~
    de la visite ...

    le pont levis ... entrée principale d'aujourd'hui ...

     ~ Diaporama ~
    de la visite ...

    Histoire du château d’Angers

    Le château d’Angers (Maine et Loire) est une vaste forteresse du Moyen-Âge construite entre le XIIIeme et XVIeme siècle, sur un promontoire rocheux surplombant la Maine.
    La grande enceinte de schiste et de calcaire, haute de près de 40 mètres, flanquée de dix-sept tours de 12 mètres de diamètre, fut édifiée sous l’ordre de Blanche de Castille, mère de Louis IX (Saint-Louis) à partir de 1232.

    En 1356, le château fort d’Angers entre dans l’apanage de la branche Valois des ducs d’Anjou.

    Vers 1403, sous Louis II, est constuite la chapelle; le logis royal et le châtelet sont eux édifiés vers 1450 sous le règne du roi René d’Anjou.

    A la mort du roi René, en 1480, Louis XI rattache l’Anjou au domaine royal.

    Au XVIe siècle, pendant les guerres de religion, la forteresse est transformée en prison.
    En 1585, Donadieu de Puycharic, nommé par le roi Henri III capitaine du château, supprime les toits en poivrière, renforce les murs et fait construire des terrasses d’artillerie tournées vers la ville et sur la rivière.

    En 1661, Louis XIV y fait incarcérer pendant trois mois le surintendant des Finances, Nicolas Fouquet.

    La forteresse restera une prison jusqu’en 1947. Après la Seconde Guerre Mondiale, l’armée cède le site à l’administration des Monuments Historiques. Le château est depuis ouvert à la visite.

    Les bâtiments et les jardins du château des ducs d’Anjou hébergent aujourd’hui la Tenture de l’Apocalypse (104 mètres), une des plus fameuses tapisseries médiévale connue commandée à la fin du XIVe siècle par Louis Ier d’Anjou.

    HISTORIQUE DU CHATEAU D'ANGERS

    [ 1128 ] Le comte d'Anjou, Geoffroy Plantagenêt fait construire un premier château
    [ 1204 ] Philippe II Auguste s'empare de la ville d'Angers
    [ 1228-1238 ] Début de la construction du château actuel sur ordre de Blanche de Castille
    [ 1328 ] L'Anjou est temporairement rattaché à la Couronne de France, par Philippe VI de Valois
    [ 1373 ] Louis Ier d'Anjou commande la tapisserie de l'Appocalyspe
    [ 1482 ] A la mort du Roi René , l'Anjou est rattaché définitivement au Royaume de France
    [ Fin XVIe ] Les tours et remparts sont arasés par le gouverneur Donadieu de Puycharic, puis Le château devient une prison d'état
    [ 1817 ] Le château est reconverti en caserne
    [ 1875 ] Le château d'Angers est classé monument historique
    [ 2009 ] Un incendie ravage le logis royal en Janvier (reconstruit depuis ...)

      Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !


    8 commentaires
  • À Angers, ayant ½ heure à perdre au sortir de la rue St Aubin côté place Ste Croix, je décide de dégainer mon APN pour faire le tour de la dite place.  
    Naturellement la Maison d'Adam s'impose, J'ai donc photographié en détails les personnages sculptés ornant ses façades.
        

    À Angers, naturellement la Maison d'Adam s'impose ...

     

    La Maison d'Adam place Sainte Croix à Angers

     

    À Angers, naturellement la Maison d'Adam s'impose ...

     

    La maison des Vins (INAO) à Angers

     

    À Angers, naturellement la Maison d'Adam s'impose ...

     

    détails d'un balcon au carrefour Rameau à Angers

    La Maison d'Adam, daterait de la fin du XVème siècle ; elle est construite en bois et garnie de briques.
    Son nom viendrait d'un de ses propriétaires, Michel Adam, ancien consul qui l'acquit en 1714. 

    A la fin du XVIIème siècle et pendant tout le XVIIIème, on négligea de veiller sur les chefs d'œuvres qui en étaient sortis et on laissa disparaître bien des merveilles d'architectures mais, la “maison d'Adam” résista tant bien que mal ...

     

    Diaporama ~

     

    La Maison d'Adam : un décor à la fois profane et religieux.

    La richesse du décor sculpté fait surtout la renommée de cette maison. Des motifs ornementaux d’inspiration naturaliste tels que les noeuds d’arbre, ou purement décoratifs sur le thème des torsades, habillent l’ensemble des poteaux. Les scènes figurées sont particulièrement nombreuses, chaque poteau porte un personnage, un animal ou un groupe à la jonction des sablières. L’iconographie, qui a favorisé maintes hypothèses alchimistes, oscille entre les deux grands pôles de la sensibilité médiévale. Les sujets religieux tels la Vierge et l’ange de l’Annonciation, le pélican donnant son sang à ses petits (symbole de la Résurrection), saint Michel ou saint Georges terrassant le dragon, alternent avec toute une gamme de scènes ou de figures profanes ou "vulgaires", depuis le couple amoureux à l’émouvante gravité, les joueurs de flûte ou de musette, jusqu’à diverses variations du fantastique (centaures, griffons, chimères), sans oublier la fameuse figure de "Tricouillard". Il faut imaginer l’ensemble de ces décors paré de couleurs vives, que d’importants remaniements en 1814 firent disparaître définitivement.

    Monsieur Tricouillard !. Mais qui est-il ?

    La statue de Monsieur Tricouillard passerait presque inaperçue, les passants ne le remarque même pas et pourtant il est bien là, grimpant sur la façade de la belle maison d'Adam. Une scène plutôt marrante puisqu’il perd son pantalon et laisse entrevoir une partie de son anatomie.
    Un peu osé penseront certains, un peu d’humour ne fait pas de mal penseront d’autres …

    Cherchez-le dans le diaporama ! ...


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique