• Beau temps, bonne température, belle campagne ... le bonheur ! ...
    Commençons notre promenade le long du Loir !

    Le Loir est une rivière qui prend sa source une vingtaine de kilomètres à l'Ouest de Chartres. Il se déroule à travers le sud de l'Eure et Loir, le Vendômois, le Maine, l'Anjou sur une longueur d'environ 200 kilomètres ...





    moi non plus ! ...

    ~ Diaporama ~
    Fleurs de fritillaire pintade dite "gogane" plante rare et ...

     ~ Diaporama ~

       Le Loir prend sa source dans le petit village de Fruncé, il n'est à ce moment qu'à 5 kilomètres de l'Eure. La première ville que la rivière traverse est Illiers-Combray, la patrie de Marcel Proust. Le Loir s'oriente ensuite légèrement vers l'est pour atteindre Alluyes et Bonneval. De là il serpente vers Châteaudun où il passe au bas du Château de Dunois le compagnon de Jeanne d'Arc. Après Cloyes la rivière pénètre dans le Vendômois et s'écoule au pied du château de Fréteval puis arrive à Vendôme. C'est ensuite Lavardin, Montoire, Troo. Il est rejoint par un affluent, la Braye, et après avoir traversé le Pays de Ronsard et Poncé se dirige vers le sud du Maine avec La Chârtre, Château du Loir, le site Gallo-Romain d' Aubigné-Rancan, Le Lude et enfin La Flèche. Son parcours terminal s'effectue en Anjou avec Bazouges, Durtal, Seiches et Briollay où le Loir rejoint la Sarthe. Peu après leur jonction avec la Mayenne les trois rivières forment la Maine qui traverse Angers avant de se jeter dans la Loire ... 


    10 commentaires
  • Nous changeons de quartier pour investiguer le quadrilatère formé par le bas de la place du Ralliement, la rue Plantagenêt, la place Molière et la rue de la Roë.

    L'architecture est très variée et laisse à voir de nombreux bâtiments des 3 derniers siècles ...

     ...  à l'angle de la rue Chaussée St Pierre et de la rue Plantagenêt

     

      ~ Diaporama ~

     détails d'un chapiteau rue Chaussée St Pierre

     ~ Diaporama ~

     

            La rue Plantagenêt

    En 1855, la rue de la Boucherie est désignée sous le nom de Plantagenêt qui rappelle au souvenir de la population l'une des plus grandes illustrations princières de l'Anjou, originaire d'Angers même".


    La dynastie Plantagenêt, issue du comte d'Anjou Geoffroi V le Bel (1113-1151) - qui portait une branche de genêt à son casque, d'où son surnom - règne sur l'Anjou jusqu'en 1214, date de la bataille de la Roche-aux-Moines. La victoire de Louis VIII sur Jean sans Terre consacre la mainmise définitive du roi de France sur le fief angevin.  

        La rue Chaussée St Pierre :

    Anciennement rue des Bons-Garçons, la dénomination remonte au Moyen Âge et rappelle la présence de l'église Saint-Pierre d'Angers, qui s'élevait là du XVe siècle à la Révolution. La voie menait alors à l'entrée principale de l'église paroissiale.

     

     


    8 commentaires
  • La Fête de l'Internet à l'espace multimédia de la Cité !

    La Fête de l'Internet à la Cité. 
    Créer un blog avec "Les Branchés", 
    Créer un site web,
    Fabriquer des objets en 3D, 
    Modélisation de quartiers d'Angers.                                           Entrée libre.

     La Cité est ouverte aux associations domiciliées à Angers ou ayant un partenariat avec la Ville d’Angers et régies par la loi du 1er juillet 1901 dont la déclaration a été publiée au Journal Officiel.

          Accueil permanent de trois pôles d’activités associatives : Solidarité alimentaire, santé-souffrance psychique et mentale, culture

    Un plan montrera l"ampleur de cette "Cité" 

    je vous recommande le diaporama

     ~ DIAPORAMA ~

     démonstration d'impréssion en 3D (3 dimensions)

    ~ DIAPORAMA ~

     Une "pépinière d'associations" ...

    Auparavant séparés sur deux sites, les services de la direction "vie associative" de la Ville sont désormais regroupés à la Cité. Accueil du public, conseil et accompagnement des associations, aide à la création, formation des bénévoles... sont assurés sur place. Idem pour le service de ressources audiovisuelles, qui y propose la location de quelque 200 références de matériel vidéo et audio.
    Son installation au sein de la Cité lui permet par ailleurs de proposer un nouveau service, à savoir la mise à disposition d'un studio d'enregistrement.Avec la Cité, l'aide à la création d'associations va bien plus loin que le conseil et la formation. Ainsi une "pépinière associative", sera opérationnelle courant 2014 pour accueillir ponctuellement les jeunes pousses dans des locaux dédiés.

    Accompagnement à la création
    Soutien au bénévolat
    Domiciliation postale
    Mise à disposition d’un espace documentaire
    Location de salles de réunions, de formations et de convivialité
    Location de matériel audiovisuel
    Hall d’exposition, espace ouvert d’échanges, de rencontres et d’animations
    7000 m2 adaptés aux besoins des associations


    9 commentaires
  • Nous terminerons la visite de ce quadrilatère par une seule rue relativement courte mais riche en architectures diverses ... La rue Joseph Grandet (historien de l'Anjou 1646/1724)
             Joseph Grandet, curé de Sainte-Croix d'Angers et 3ième dans la hiérachie du Gd Séminaire d'Angers, a beaucoup écrit sur l'Anjou : sur le “monde religieux angevin ” ; sur la vie de St Maurille ; sur les moines gaulois avant St Maur ; la “Lettre autographe de l'auteur à un ami sur diverses découvertes d'antiquités en Anjou (23 avril 1714)” Manuscrit en partie autographe.

    Méritait bien une rue à son nom ! ...

    L'un des plus beau bâtiment de la rue ... 

     je vous recommande le :

     ~ DIAPORAMA ~

    plusieurs frontons de porte d'entrée comme celui-ci ...

     

    ~ DIAPORAMA ~

    La Bibliothèque municipale conserve de nombreux manuscrits importants pour l’histoire de l’Anjou, notamment pour l’histoire des communautés religieuses médiévales et modernes à travers un fonds très important sur l’histoire de la cathédrale Saint-Maurice. L’histoire monumentale de la ville est particulièrement bien illustrée par de précieux manuscrits comme La description de la ville d’Angers  par Jacques Bruneau de Tartifume (1623) qui décrit précisément le décor et mobilier des principaux édifices de la ville. Dans ses Annales et antiquités d’Anjou, Jean Ballain donne soixante-dix-sept dessins, parfois inexacts qui font connaître nombre de monuments aujourd’hui disparus. Les recueils de J. Berthe, de Jean-François Bodin ou des artistes Peter Hawke et Prosper Barbot  complètent cet ensemble au début du XIXe siècle. Plusieurs journaux personnels ou chroniques locales de l’époque moderne, comme ceux de Guillaume Oudin, de Joseph Grandet ou du clerc du présidial Jean Louvet de 1583 à 1634 constituent également de précieuses sources. La mémoire angevine s’étend aussi à tout type de sujets. L’important fonds d’archives d’André Desmazières est une source précieuse d’archéologie préhistorique, etc. ...


    12 commentaires
  •      L'arbre de la laïcité a été, une nouvelle fois vandalisé, place Lorraine, à Angers.
    Cet arbre est décapité et des tags à l'encre bleue souillent le sol.
    C'est la troisième fois que cela arrive. Ce nouvel arbre avait été replanté le 25 janvier dernier. 
    Un premier arbre avait été décapité dans la nuit du 5 au 6 novembre 2013. Un second chêne avait été planté au même endroit, puis à nouveau vandalisé en décembre. 

      « Provocation. L'arbre de la laïcité scié une troisième fois : vague d'indignation ! ...

    Angers, place Lorraine, hier. L'arbre symbolique a été retrouvé vandalisé. L'arbre de la laïcité, à Angers, a été vandalisé pour la troisième fois, vraisemblablement dans la nuit de samedi à dimanche.
    Un panneau a été posé en haut du tronc scié, incitant les maîtres de chiens à conduire ici leurs compagnons à quatre pattes pour leurs besoins.

    Les pavés de la place ont été recouverts de trois tags, dont un à nouveau dirigé contre la franc-maçonnerie. Le maire d'Angers l'avait replanté pour le deuxième fois 15 décembre, 350 personnes étaient présentes pour la plantation de ce troisième arbre.

    En larmes
    Hier, en fin de matinée, quelques Angevins passaient sans s'arrêter. Indifférents. D'autres venaient spécialement pour constater les dégâts, comme Marika Latzko, arrivée en larmes vers 11 h 30.
    Elle a déclaré : « Cet acte montre qu'il y a des combats qu'il faut être capable de poursuivre ». 
    La laïcité, c'est ce qui permet de vivre les uns avec les autres. C'est incompréhensible que des groupuscules continuent de penser qu'en s'attaquant à ce type de symbole ils pourront l'emporter. 

    Des solutions : Il n'y a pas eu de revendication hier. Mais le RED d'Angers (Rassemblement des étudiants de droite) a posté un tweet, hier à 14 h 05 : « Qui que vous soyez : bravo aux nouveaux horticulteurs angevins I Angers, ville verte, ville du végétal » I Le vice-président EELV du Conseil régional, proposait dès midi des solutions « pour faire taire les ennemis de la laïcité » comme celle de choisir « un bel arbre existant ou un groupe d'arbres », plus gros donc plus difficiles à scier.


    II suggère aussi que des artistes angevins ou des jeunes de sections professionnelles réalisent une structure artistique, « un beau tronc d'arbre symbolique, en métal ou autre matériau difficilement dégradable, sur lequel les scolaires viendraient mettre des feuilles, chacune contenant un message pour la laïcité ». OF + Co 31/03/14 

    Triste 1er avril


    11 commentaires
  • Nous parcourrons la rue David D'Angers ... Cette rue, comme les précédentes, a été très influencée par la présence de l'ancien couvent des Cordelliers qu'elle traverse de part en part ...

     La rue David d'Angers est longue et étroite (au fond la place Lorraine ...
    pour preuve que nous pensons beaucoup aux lorrains ! )

      ~ diaporama ~

    La chapelle des Ursules (lire ci-contre)

     ~ diaporama ~

     La chapelle des Ursules

    L’hôtel de ville d’Angers est formé d’un assemblage original de trois bâtiments : l’ancien collège d’Anjou bâti en 1691-1694, la chapelle du couvent des ursulines et le nouveau bâtiment administratif élevé en 1977-1979.
    La chapelle de l’ancien couvent des ursulines, dite des Ursules - seule chapelle du XVIIe siècle qui subsiste à Angers, avec celle de la Barre - est issue de la Contre-Réforme. L’ordre des Ursulines s’établi sur un ancien terrain des Cordeliers. De 1639 à 1642, elles font bâtir leur chapelle, puis terminent le couvent dans les années 1680 avec l’édification du cloître et d’un grand bâtiment (devenu l’hôtel du Mail).

    Destins divers

    La Révolution expulse les vingt-six religieuses le 30 septembre 1792, la rue des Ursules est ouverte à l’emplacement du cloître en 1799. Dès 1800, la chapelle retrouve son usage cultuel. Elle est même promue église paroissiale jusqu’à la réorganisation des paroisses de décembre 1802. Après avoir servi de temple luthérien, la chapelle est réoccupée par les ursulines en 1817.

    Le bâtiment est restauré en 1873. Une sainte Ursule, sculptée par Henri Bouriché, est placée dans la niche du portail.

     L’hôtel de ville se rapproche…

    Avec les lois de laïcisation, les ursulines doivent fermer leur pensionnat et partir en exil le 7 avril 1910. La propriété de la chapelle et des bâtiments adjacents revient aux descendants du groupe d’Angevins qui l’avaient achetée en 1803, jusqu’à ce qu’ils la concèdent à nouveau aux ursulines de retour dans les années Vingt. Pour agrandir l’hôtel de ville devenu trop exigu, le conseil municipal achète les bâtiments et y installe provisoirement quelques bureaux. L’ensemble est voué à la démolition en 1955, après la mise en service d’une annexe de l’hôtel de ville, dans l’ancienne banque Bordier, rue du Mail. Achetée par la ville en 1968, la chapelle est finalement sauvée à la fois de la démolition et d’une utilisation qui l’aurait dénaturée. Restaurée, elle sert notamment, du fait de son excellente acoustique, de salle de concert.


    6 commentaires
  • Dans l'emplacement de l'ancien couvent des Cordeliers (15e S) nous visiterons les rues des Cordeliers et Chevreul

     rue Cheveul ...

      Diaporama ~

    vue au travers des grilles fermées à double tour

    Je vous recommande de visiter ce
     ~ Diaporama ~

     

     Ces deux rues on été ouvertes après l'abandon du couvent en ruines par les Cordeliers. La congrégation s'étant retirée dans son couvent de la Baumette, il ne restait plus qu'à aménager ce nouveau quartier d'Angers. (18 et 19e Siècles environ) Il reste encore d'anciens bâtiments et d'anciennes entrées de cette époque ...


    12 commentaires
  • Je m'engage dans le rue Jules Lenepveu ... un peintre natif d'Angers.

    éram ! En souvenir de mon père qui y a fait toute sa carrière ... 

      ~ Diaporama ~

    L'entrée de l'impasse des cordeliers (c'est le 19e siècle !)

    Mais ! Pourquoi ce chien dans la vitrine ; ce ...

     ~ Diaporama ~

     La Rue Lenepveu :
    C'est une rue commerçante d'Angers. Elle relie la place du Ralliement à la place du Pilori. C'est une des cinq grandes rues piétonnes d'Angers avec la rue d'Alsace, la rue de la Roë, la rue Saint-Aubin et la rue Saint-Laud.

    Le nom de la rue vient Jules Eugène Lenepveu, un peintre natif d'Angers.
    Elle fait preuve d'une grande richesse avec ses rares maisons à pans de bois et ses immeubles à la parisienne de style haussmannnien. On y trouve aussi le Musée Pincé de style Renaissance, qui fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis 1875.

    Impasse des Cordeliers :
    Le couvent est fondé vers 1225-1230 dans un clos de vigne donné par le chapitre Saint-Maurille. Le bâtiment ouest de la cour du cloître, qui semblait dater du 15e siècle, a subsisté jusqu'en 1915. Les vestiges actuels sont l'ancienne infirmerie, bâtiment très remanié avec charpente signalée du 15e siècle, situé 76 rue du Mail, et un autre bâtiment de l'extrême fin du 17e siècle ou du début du 18e siècle, situé 82 rue du Mail, correspondant probablement à la nouvelle infirmerie : amputé par le percement de la rue Chevreul au début du 19e siècle et transformé alors en hôtel particulier, ses élévations sont à nouveau restaurées vers 1883. Sont conservés également la petite porte des cordeliers reconstruite en 1666, place Falloux, et le revers de la porte charretière, de la 1ère moitié du 17e siècle, située 3 rue Lenepveu, qui menait à la basse-cour (l´actuelle impasse dite cour des Cordeliers).

     


    13 commentaires
  • Cette fois, descendons la rue d'Alsace coté impair et passons en revue le coté nord de la place du Ralliemment pour en admirer les plus belles ...

    Voici l'ancien hôtel des Postes (jusqu'en 1937)

     ~ Diaporama ~

     La rue d'Alsace et la place du Ralliemment au cœur de la ville

    Cet immeuble à l'ange de la rue d'Alsace et de la place du Ralliement

     ~ Diaporama ~

    La Brasserie du Théâtre,

    Place du Ralliement, dans le centre d'Angers la Brasserie du Théâtre à Angers est un des lieux incontournables de la ville.

    Situé Place du Ralliement, l'établissement profite d'un cadre et d'une vue exceptionnelle, en face du Théâtre, en plein cœur d'Angers.

    Sa grande terrasse donnant sur la place est l'endroit idéal pour un moment de détente sous le soleil.

    La rue d'Alsace

    Les ingénieurs qui étudièrent le plan de transformation d'Angers en 1845, songèrent à créer une large voie nouvelle partant du haut de la place du ralliement et allant directement au nouveau boulevard obtenu par la démolition des fortifications et le comblement des fossés.

    C'est donc à travers des propriétés privées, maisons ou jardins, qu'il fallut ouvrir cette percée qui a pris le nom de rue d'Alsace pour rappeler aux Angevins la douloureuse séparation d'avec l'une des provinces françaises arrachée à la mère-patrie par le traité de Francfort en 1871, en l'honneur aussi de Mgr Freppel, l'illustre évêque d'Angers qui était alsacien ...


    5 commentaires
  • Continuons la visite des architectures d'un nouveau quartier d'Angers centre.

    Nous parcourrons en 6 épisodes le quadrilatère formé par les rues Lenepveu, du Mail partie haute, du bd de la Résistance et de la Déportation partie haute, rue d'Alsace coté n° impairs et de la place du Ralliement coté nord.

    On y trouve en particulier la Chapelle des Ursulines et la Maison Bleue ...

    À Angers, l’histoire n’est pas seulement riche, elle est familière. Il suffit d’arpenter à pied le centre-ville et la Doutre pour s’en convaincre ...

    La Maison Bleue

     ~ Diaporama ~

    le quartier en cours de visite ...

     

    Le fronton de la mairie ...

    ~ Diaporama ~

    LA MAISON BLEUE

    Promotion immobilière et audace architecturale sur un boulevard d’Angers. 

    C’est aux talents combinés d’un architecte angevin méconnu, Roger Jusserand (1891-1964), et du célèbre mosaïste rennais Isidore Odorico (1893-1945) qu’Angers doit son immeuble le plus original de l’entre-deux-guerres : la Maison bleue. Derrière cette appellation intrigante se cache le « premier building » de la ville construit entre 1927 et 1929 : 7 étages de béton armé intégralement recouverts d’un masque de mosaïques bleues et ors ; probablement l’un des plus beaux décors Art Déco composés en France. 
    Derrière une façade audacieuse,on balance entre classicisme et modernisme ; les ambiguïtés de cet immeuble étonnant mettent en lumière les évolutions architecturales et urbaines du plus apprécié des boulevards angevins. La Maison bleue est ainsi prétexte à observer les changements du paysage urbain au XXe siècle : de l’hôtel particulier aristocratique du XIXe jusqu’à la barre résidentielle des années 60-70, en passant par les déclinaisons locales des immeubles de rapport haussmanniens.

    LA CHAPELLE DES URSULINES

    La chapelle de l’ancien couvent des ursulines est une des dernières chapelles du XVIIesiècle qui subsiste à Angers. Elle est située juste derrière l'Hôtel de Ville d'Angers. La chapelle renferme plusieurs centres d'intérêt : dans l’édifice, nous trouvons la porte d’entrée, chef-d’œuvre de la sculpture Louis XIII et l’immense retable du maître-autel, en marbre de couleur et pierre.


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique