• Coup de gueule ou de blues ! ...

    Coup de gueule publié dans notre feuille de choux, rubrique : Vous avez la parole

    " Que faisons-nous là encore, les vieux ? "

     

    Jadis les vieux étaient entourés de trois voire quatre générations vivant côte à côte. Personne n'avait honte de l'autre, chacun s'entraidait.
    Aujourd'hui, je ne suis pas encore, Dieu merci, malade, mais je pourrai encore être à l'air libre jusqu'à quand ?
    Les vieux sont enfermés dans les maisons de retraite, attendant la mort. On essaie bien sûr de les divertir, mais ce dont les vieux ont besoin, ce n'est pas d'être
    choyés par des étrangers. A quoi sert de vivre, si les êtres humains que nous sommes, ne sont pas entourés de ceux qu'ils aiment, les enfants, petits-enfants.

    Notre rayon de soleil à nous, notre raison de vivre, ce sont nos proches.  Combien  de fois ai-je entendu dire de ces personnes (nous les vieux), qu'elles sont de trop ? ...

     

     

     

     

    ...
    Pourquoi apporter cette souffrance à ceux qui ont travaillé dur pour élever leurs enfants, les aider le plus possible, parfois en payant leurs dettes ou en leur venant en aide pour être ensuite dans l'oubli.

    L'instant familial où est-il ? Dans quelle société vivons-nous ? Où est le respect, le savoir-vivre, la reconnaissance ?
    Nous vivons dans un monde où les gens meurent dans l'indifférence. Honte à cette génération qui supprime le bonheur de nos anciens, le rayon de soleil apporté en fin de vie par le sourire et la joie de vivre, de l'amour des petits enfants.
    Honte à toutes ces générations inconscientes, qui n'apportent que la souffrance à ceux qui leur ont donné la vie en oubliant leurs parents.
                            par Pierre Guéguen, Méon 49

     

    Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !

     

    « Notre marche du mardi : Grez-Neuville 49 (3/4)Notre marche du mardi : Grez-Neuville 49 (4/4 FIN) »

  • Commentaires

    16
    Sylvie - anjou
    Lundi 28 Septembre 2015 à 10:21

    bonjour Claude,  plus on vieillit et plus ce sont des sujets à réflexion ! c'est certain que les jeunes et moins jeunes d'ailleurs ne "s'encombrent" pas avec leurs parents âgés ! je viens d'aller voir ma tante (89 ans) qui est en maison de retraite depuis l'hiver dernier, la pauvre femme si charmante, si gentille avec tout le monde, qui n'était pas malade et depuis qu'elle est "placée" a perdu la tête en l'espace de qques mois seulement, elle n'ose plus nous regarder, est gênée et je pleure quand je pars ... comment éviter ces maisons quand on vieillit ! c'est bien le problème ! 


    J'attends de voir tes photos du Quercy, un sujet qui sera plus agréable pour nos petits yeux ! bonne journée

    15
    Quercus49
    Mardi 22 Septembre 2015 à 11:34
    Bonjour
    Le problème ne se pose plus, je suis la dernière feuille de l'arbre généalogique.
     
     
    "Je dors, je mange, je travaille. Chaque journée est plus ou moins semblable à la précédente. Je ne vis pas vraiment. J'existe plutôt.
     
    Les psys ont une expression pour ça : faire comme si tout était normal. Je ne sais vivre que comme ça".

    La maison d’à coté
    [ Lisa Gardner ]
     
    A+
    14
    Lundi 21 Septembre 2015 à 19:13

    Aujourd'hui, il ne fait plus bon être "vieux", "senior"....selon la terminologie....quand, en plus, c'est pour être seul !!!!

    je pense que ce "billet d'humeur" , fort bien écrit,  peut être partagé par beaucoup 

    bonne soirée

    13
    Lundi 21 Septembre 2015 à 16:53

    Bonjour Claude,

    Que c'est bien vrai tout ce que tu écris à propos des vieux. .. les enfants finissent par les oublier , juste un petit message sur facebook ou un sms encore plus vite écrit...

    Souvent, j'ai envie de parler aux enfants , ne fusse que quelques minutes , ils n'ont pas le temps , les amis occupent leur vie , passent de longs moments au téléphone avec eux et nous , que devenons-nous???

    J'ai le bonheur d'avoir retrouvé vos blogs et pour moi, c'est tellement important de communiquer avec vous , c'est mon bonheur de la journée. Ma petite fille , je ne la connais presque pas , elle a eu 3 ans au mois de mars, elle est adorable mais, que suis-je pour elle ?

    Il faut que je me reprenne , que j'essaie de rencontrer des gens de mon âge , mon mari refuse de sortir depuis qu'il est rentré à la maison . Si , il travaille au jardin ou au sous-sol et moi, je reste devant mon écran.

    Allez, il faut vivre d'espoir , je ne veux plus retomber malade , je veux m'en sortir mais...ce n'est pas évident.

    Bises amicales  pour toi Claude.

    12
    Lundi 21 Septembre 2015 à 06:38

    Tu as raison : Il y a des jeunes qui sont ainsi avec leurs parents, grands parents et ont peu de reconnaissance mais pas tous.

    Ils n'auront pas donné l'exemple à leurs enfants et seront aussi un jour délaissés. Belle semaine

    11
    Dimanche 20 Septembre 2015 à 13:35

    :-)    Autrement dit, plus les temps changent moins c'est pareil.......et c'est tant mieux. Car je ne me verrais plus aller à  la messe tous les dimanches comme dans ls années 49, ou servir mon mari comme s'il était mon patron he.  Aujourd'hui, les vieux ne se laissent plus faire comme dans le temps et les établissements qui prennent soin des personnes âgées ne sont plus les mêmes non plus.

     

    J'ai vu mes grands-parents malades,  dans ce genre d'Institution dans les années 60.   Un étage pour les hommes et un étage pour les femmes. Mon grand-père qui était moins malade que sa douce, se rendait tous les matins s'asseoir à côté du lit de ma grand-mère pour passer la journée bien assis sur une chaise droite.... Il devait même retourner à sa chambre pour prendre ses repas. Les  religieuses ne voulaient pas avoir de scandale !!! 

    Étant infirmière, et  ayant travaillé plusieurs années dans ce genre d'établissement, on se rendait compte que ceux qui étaient détestables et aigris avaient pas mal moins de visiteurs que ceux qui avaient  toujours le sourire et des paroles gentilles.

    Alors gardons le sourire malgré nos petits bobos . Ainsi  nos enfants et nos amis ne nous écarterons pas trop de leur vie. C'est ce que je nous souhaite.

    Bon dimanche

     

    10
    Dimanche 20 Septembre 2015 à 12:19

    Bonjour …
    Je vous remercie tous de nous avoir fait part de vos expériences mais ... Je tiens à vous rappeler que c'est un article tiré de la feuille de choux locale et signé de Pierre Guéguen de Méon 49 ... publié dans la rubrique "vous avez la parole"
    Tout ceci est indiqué dans ce billet ...
    Mon expérience en la matière est heureusement encore convenable.
    … Bonne journée, … Amicalement, … Claude ...

    Je m'en vais demain glaner des photos dans le Quercy pendant quelques jours ...

    9
    Samedi 19 Septembre 2015 à 23:47

    Bonsoir Claude,

    mais on n'a pas toujours le choix, quand Papa a commencé à faire un diabète de type II, on a essayé de mettre en place tout n tas de structures extérieures... et puis il a fait un coma diabétique... il a été sauvé d'urgence par sa femme de ménage habitant tout près et proposant à l'infirmier la piquer de glucose prête au frigo. Après cela son médecin a dit plus de choix, si vous tenez à ce que votre père vive il faut le mettre en maison de retraite médicalisée. Il y en avait une qui ouvrait près de chez nous (quasiment la même rue, mais le portail sur notre rue était condamné pour sécurité; rue pas assez large et voitures passant trop vite) j'ai e la chance qu'il soit à coté de chez moi.... mais c'était une chance. Ma maison n'est pas du tout adaptée pour un personne âgée (il va falloir qu'on y pense pour nous) et essayer d'adapter au mieux. Et il n'aurait voulu pour rien a monde vivre avec nous. Une fois pour Noël nous l'avons gardé 3 jours, il ne serait pas resté un jour de plus.

    Et finalement moi non plus ne voudrait pas vivre chez aucun de mes enfants. Et je les aime tous.

    J'espère mourir avant que le problème ne se pose.

    Merci de ton coup de gueule, il est pertinent.

    Bon dimanche. Bise.

    8
    Samedi 19 Septembre 2015 à 23:09

    C'est avec intérêt que je viens relire les commentaires. Pour notre part, nous avons 3 fils, de bons fils au cœur tendre. Quand j'ai eu des ennuis de santé en mai passé, ils étaient sans dessus dessous en croyant que leur mère était éternelle. happy   Je crois que cela les a fait réfléchir...

    Nous sommes à 600 km des nos 3 fils, mais nous nous parlons tous les jours ou presque avec Skype, Face  Time  et sommes au courant  de leur quotidien et eux du nôtre.   On se parle pour une recette, un bidule pour l'ordinateur ou plein de petites choses du quotidien. Autrement dit , nos relations  sont parfaites.

    Mais je dois avouer que jamais je ne voudrais vivre chez eux quand je serai vieille. Pourquoi ? je crois que nos enfants pensent que nous sommes toujours " maman ou papa " comme nous l'étions quand ils étaient à la maison.  Ils ne seraient pas en mesure de prendre soin d'une personne en perte d'autonomie et j'en suis bien consciente.

    Pour le moment, mon mari et moi pensons encore vivre longtemps dans notre maison et avons l'intention  de prendre de l'aide pour les travaux s'y rattachant quand nous ne serons plus capables de le faire.   Mais jamais nous irons vivre avec nos enfants qui sont  pourtant  de bons fils.  Mon mari et moi  comptons l'un sur l'autre pour prendre soin  de nous et si jamais  nous sommes dans le besoin d' être placés dans une maison pour personne âgée, et bien nous irons. 

     

    Pour terminer, je crois , malheureusement, que les personnes qui ont  ramassés des sous pour leur vieux jours, sont plus susceptibles d'avoir des  meilleurs soins que ceux qui sont démunis. C'est une triste réalité, mais elle est là.

    En attendant, et bien profitons de la vie. Tchin tchin

     

    7
    Samedi 19 Septembre 2015 à 22:08
    6
    Samedi 19 Septembre 2015 à 21:21

    Je réagis à ta réflexion en la nuançant, on reçoit aussi par rapport à ce que l'on donne et je ne parle pas de choses matérielles.

     Je ne serai pas aux côtés de mes parents à la fin de  leur vie, j'ai largué les amarres avant, pas parce que je suis abjecte... mais par ce que dans certaines circonstances des parents n'en ont jamais été et quand ils ont sentis qu'ils vieillissaient , là il aurait fallu que je sois là, et aucun amour là dedans , juste de l'intérêt.

     

    Les vieux comme tu dis, pour certains se retrouvent seuls de par leur attitude , ils deviennent aigris, en un mot pas agréables à vivre, on a toujours été là jusque récemment pour ma belle mère et pourtant là aussi rupture de lien , ce qui n'empêche pas d'être là si besoin, (maladie, besoin d'aller quelque part...) car certains vieux se permettent tout et d'être odieux et te balancent des choses pas possibles à la figure car ils ne supportent pas que tu bouges de place  ou ne garde tous leurs souvenirs.

     

    Je ne sais pas comment seront nos enfants avec nous deux, mais tout ce que je sais c'est que je ne demande jamais qu'ils viennent, ou quoi que ce soit, ils ont leur vie, on a eu la nôtre, leurs soucis aussi.

    Nous ne vivons plus comme avant, c'est pas évident maintenant de garder près de nous nos anciens, faut en être conscient et accepter de rester sur le rivage,  sans les gêner et c'est pas pour autant qu'ils ne nous aiment pas et pensent pas à nous, j'ai eu récemment une dame que j'aimais beaucoup qui est décédée, elle a eu une vie pas facile, mari dans la lune à gérer en permanence, fille restée à l'état cérébral d'une enfant de 4 ans et encore, suite à un vaccin... orpheline de père toute jeune... cette femme n'a jamais exigé quoi que ce soit de sa famille, a rendu service tant qu'elle a pu, a pas eu une belle fille facile avec qui elle a composé, voyant le but de voir grandir ses 3 petits filles et à la veille de sa mort à l'ainée de ses petites filles qui la veillait  un jour sur deux avec son papa (son fils) a laissé un beau message en disant à sa petite fille ceci

     

    "Tu veilleras sur tes sœurs. Toi je m'en fais pas, tu as la niaque pour réussir dans la vie, tu as hérité ça de moi. Les femmes de la famille ont toujours été des femmes de caractère et tu ne fais pas exception à la règle."  et dixit sa petite fille
    Dernière leçon de vie d'une grand-mère extraordinaire: ne jamais rien lâcher.

     

    J'essaierai pour ma part de laisser  le souvenir de quelqu'un qu'ils ont aimé, même si on se voyait pas souvent, pour moi ce qui importe c'est qu'ils soient heureux et parfois des moments sans nouvelles de l'un par ex et  je me formalise pas car je sais aussi que si j'ai un gros pbe ils seront là tous les deux, et en attendant je souhaite qu'ils soient heureux, ils sont partis du nid, j'ai fait ce que je devais faire , ils sont bien dans leur peau et indépendants, savent se débrouiller  sans moi maintenant, armés pour la vie, ça me suffit.

    5
    Samedi 19 Septembre 2015 à 13:15

    famille...c'est vrai que les enfants se soucient fort peu de nous, enfin certains pour différentes raisons, et les "familles recomposées" c'est encore plus difficile, je  pense pourtant les avoir bien "éduqués" mais chacun vit sa vie, les petits-enfants idem, on voit certains plus que d'autres, c'est ainsi, je ne force personne et j'espère rester indépendante le plus longtemps possible, "grâce" à facebook on reste en contact, mais c'est plus moi qui demande des nouvelles que eux...sauf lorsqu'ils ont besoin d'un dépannage...; aussi maintenant, je ne "dépanne plus personne" comme cela pas de jaloux et ils apprennent à gérer selon leurs besoins, et leurs revenus, :société de consommation ou les démenses vont bon train, même si ils n'en ont pas besoin ! 

    nous verrons bien, mais je comprends fort bien ton coup de gueule, parfois çà fait du bien de le dire !

    bonne journée quand même, MIAOU !!!!  cool

    4
    Samedi 19 Septembre 2015 à 12:04

     

     

    Je comprends tout à fait ce dont tu nous parles et ce que nous avons toutes et tous à l'esprit. Je suis qu'un jeune vieux et je ne connais pas pour le moment l'une de ces graves maladies qui font peur et bouleversent tant de vies.

    Lorsque je pense à plus loin, ce n'est jamais entouré d'une quelconque famille que je n'ai déjà plus depuis des années dans ma 
    vie, ni frère et sa famille, ni sœur et sa famille, ni mes deux filles et leur famille ni aucun cousin et cousine et leur famille. 

    Je peux me supposer alors n'être pas surpris de vieillir sans aucune famille autour de moi et j'avoue qu'au moins je n'ai plus à redouter d'être rejeté... 

    J'ai la chance de vivre entouré d'amis(es) et celle de partager ma vie depuis une trentaine d'années avec mon ami . Je n'ai plus celle d'avoir droit à ma famille de naissance et à celle que j'ai "fabriquée". J'ai appris que je suis grand-père deux fois, que Lucas que je ne connais pas doit avoir au moins 8 ans et que Célia sa petite sœur doit avoir au moins deux ans... 

    Ce que je fais encore là comme jeune veux ?
    Retraité depuis presque deux ans, je vis simplement ma propre vie pleine de joie et de petits bonheurs, de satisfactions et de petites déceptions aussi !
    Je le fais sur un chemin où j'accepte de n'y plus jamais croiser aucune famille, ce qui n'est pas ici difficile car aucun de ses membres n'habite plus à Metz.

    Je conclus en me trouvant "chanceux" d'avoir du intégrer que mon avenir n'implique aucune inconnue sur l'attitude, l'amour, la reconnaissance et le respect de mes enfants.

    Merci pour ton commentaire sous les photos d'un des extraordinaires spectacles que nous avons pu voir cet été en ville.
    Très beau et agréable Quercy. 
    @micalement, Marc de Metz. @ bientôt Claude. 

    3
    Samedi 19 Septembre 2015 à 10:59

    Nous avons sensiblement le même age et je me fais la même réflexion, pour l'instant tout va bien, nous profitons un maximum de notre retraite et partant longtemps en vacances et en voyageant, mais dans quelques années, quand sera t'il ?

    Mon père a été dans une maison de retraite à 200 m de chez nous, j'allais le voir le plus possible et il venait tous les dimanches chez nous, mais d'autres résidents n'avaient aucune visite et ne sortaient jamais, et c'était la majorité.

    J'espère ne jamais allé dans ces maisons et que nous pourrons être ensemble le plus longtemps possible.

    Je te souhaite une bonne fin de semaine, bisous

    2
    mireille du sablon
    Samedi 19 Septembre 2015 à 08:33

    Avant, les familles vivaient souvent dans les mêmes lieux, nous apprenions à l'école à vivre ensemble , dans le respect des autres...qu'en est-il aujourd'hui ? nos enfants partent travailler loin de nous, les distances séparent ....pour ma part, si je reste seule, je préfère aller dans une résidence où j'espère trouver de la "sécurité" et un accompagnement correct....

    Bon w-end, bises de Mireille du Sablon

    1
    Samedi 19 Septembre 2015 à 01:31

    Mon cher Claude. Nous sommes, je crois bien,  de la même génération et ta réflexion  me touche.  Pour le moment tout va bien, la santé est bonne, mon mari va bien et la vie nous gâte. Mais je crois  que les gens de notre âge sentons que " nos beaux jours achèvent ".

     

    Allons-nous vouloir aller vivre chez nos enfants quand nous ne pourrons plus tenir maison ? Je me pose vraiment la question.

    Je dois avouer que c'est assez stressant  de penser à tout ça. he

    En attendant, et bien continuons  de profiter  des bons moments que la vie nous donne., et ce, le plus longtemps possible.

     

    Faut continuer, faut pas lâcher.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :