• Soli-Séries, c'est l'intitulé de la grande exposition estivale qui a pris place dans les anciennes écuries des ardoisières de Trélazé (49).
    Le Festival estival fête ses 20 ans. Cet anniversaire nous est prétexte à présenter aux Anciennes écuries des ardoisières une sélection d'œuvres de la collection municipale et de la donation du Lions club d'Angers.
    La diversité des codes d'expression et des moyens techniques utilisés dans la création artistique permet au visiteur d'appréhender, de manière quasi universelle, la richesse des langages de la sensibilité. Implicitement, cette approche politique met en exergue les valeurs de démocratie liées à la pluralité formelle des arts au regard de la diversité culturelle pour qui ces différentes expressions se destinent.
    Les oeuvres qui sont exposées ont toutes jalonné, plus ou moins individuellement les expositions précédentes. Elles constituent un témoignage de la médiation des arts, engagée à Trélazé depuis 1996, le Festival estival en toile de fond en quelque sorte.
    Il s'agit de peintures, de sculptures, de lithographies, d'estampes et de photographies. Elles ont été puisées dans les acquisitions, parmi les dons acceptés pour les offrir à la collectivité. En 2005, le Lions Clubs d'Angers a fait notamment donation de 25 œuvres acquises au fil des ans, (il s'agit des premiers prix des Salons de printemps successifs). Depuis la collection s'est annuellement accrue.

     

     Pour le faire et le faire savoir ! ...

     

     

     

     en mémoire des mineurs/fendeurs ardoisiers ...

     

    Diaporama ~
    de la visite 

     

     

     l'Amour ! ...
     

     Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !

     Diaporama ~
    de la visite 

    Les trésors cachés d'une collection
    À l'Espace d’art contemporain des anciennes écuries des ardoisières ...
    La ville a décidé de promouvoir les créations artistiques locales et régionales au même titre que celles d'artistes internationaux.
    Peintures, sculptures, estampes, photographies, extraites de la collection municipale et de la donation du Lions Club d'Angers, sont données à voir dans le cadre du 20e Festival estival de Trélazé.
    Pour ce vingtième anniversaire, l'art s'offre, sous des formes multiples, aux Anciennes Écuries des ardoisières. Peintures, sculptures, estampes, photographies sont réunis sous ce nom évocateur de « Soli-séries d'une collection ».
    « C'est l'occasion de présenter une sélection d'œuvres extraites de la collection municipale et de la donation du Lions Club d'Angers », résume le directeur des Affaires culturelles et commissaire de l'exposition.
    Les œuvres de la collection municipale, issues pour certaines de donations, ont été acquises au fil du temps. Le maire en recense « quatre-vingt, en intégrant la collection du Lions Club ».

    Artistes régionaux et internationaux
    Les créations choisies pour l'exposition, au nombre de cinquante, sont ainsi présentées par thème.
    Près d'une cinquantaine d'artistes - régionaux et internationaux, contemporains ou décédés - sont dès lors présentés au travers d'œuvres individuelles ou de séries. Jean-Pierre Bocquel (Paysage ardoisier) y côtoiera Alexandre Calder (La Grenouille et la scie), Jean-Claude Rétif (Place Saint-Marc), Valério Adami (Le Voyage), Pierre Alechinsky (Passe-muraille), Grau-Garriga (De la Loire) ou bien encore Edward Baran (Itinéraire Bleu et Blanc)... L'exposition attire chaque année quelque 3 000 visiteurs, sachant que le Festival estival, dans sa globalité, a franchi le cap l'an dernier des 130 000 spectateurs. Ce qui en fait « le 5e festival en France ».


    12 commentaires
  • Avec cet article nous terminons le tour de l'îlot de la gare ...

    Une gare dans la ville est un élément fort, très fort, dans le paysage urbain. Elle a été mise en service en 1849 par la Compagnie du chemin de fer de Tours à Nantes absorbée en 1852 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (Compagnie dite du PO). C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des TGV, trains Intercités et TER Pays de la Loire permettant de rallier Le Mans (40 min), Paris (en 1h30), Tours (50 min), Lyon (3h45 en TGV) et Nantes (35 min). Environ 300 trains par 24 heures ...
    L'ensemble formé par la gare ferroviaire et la gare routière est accessible par le tramway et plusieurs de lignes de bus de la ville et du départements.

    Le Guerrier Debout, d'Ousmane Sow, marque la fin de ce périple par un geste fort de protection d'une partie essentielle de la ville d'Angers ... 

     

    Au plus près des rails ... déjà ...

     

    vers Paris ou Tours (environs 300 par 24 h)

    Diaporama ~
    de la visite

    multimodalité ...

     Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !

     Diaporama ~
    de la visite

     

    À voir dans le diaporama ...

    Le Guerrier Debout veille désormais sur Angers. Ce bronze de près de 2,80 m a été installé sur la place Anquetil, en face de la gare Saint-Laud, mercredi 22 juin. Il est l'oeuvre de l'artiste sénégalais Ousmane Sow et fait partie de la série des Massaïs, réalisée par le sculpteur à la fin des années 1980.

     

     


    Présent lors de l'installation, l'artiste a insisté sur "l'accueil reçu à Angers lors de la présentation de (ses) oeuvres au Quai". C'était en septembre 2010 à l'occasion des Accroche-coeurs. Les Angevins découvraient alors les figures monumentales issues des séries africaines qui ont fait la renommée internationale d'Ousmane Sow: les Massaïs bien sûr, mais aussi les Peuls et les Noubas. C'est d'ailleurs suite à cette exposition qu'Angers Loire Métropole a souhaité acquérir le bronze du Guerrier Debout.

     

     



    Et c'est par ce geste "en forme d'hommage au dynamisme culturel de l'Afrique", selon les mots de son président Jean-Claude Antonini, que la communauté d'agglomération a choisi de marquer la clôture des travaux de la première ligne de tramway. En effet le financement de l'acquisition, d'un coût de 210000 euros, a été presque intégralement apporté par le mécénat d'entreprises investies dans l'aménagement de la ligne: Keolis, Transamo, Eiffage et Cegelec. 


    8 commentaires
  • Végétalisation éphémère de la place du Ralliement ...

    Les travaux d’installation ont débuté dès mi-juin et le 29 juin, la place du Ralliement était végétalisée d’un magnifique jardin éphémère pour tout l’été.
    4 étudiants et enseignants du Lycée du Fresne à Angers se sont vu confier par la Ville d’Angers, la réalisation végétale du Ralliement, vainqueur du concours artistique végétal, le plus réputé de France à Chaumont-sur-Loire.Cette « végétalisation estivale » a vocation à être renouvelée chaque année en centre ville.

    En complément de ce jardin éphémère, une plage, des palmiers et chaises longues, des fontaines habillées de verdure, un piano en libre-service, des animations pour les petits et grands et une mise en lumière du théatre en soirée. ANGERS.INFO

     

     vue plongeante du 1er étage du Grand Théâtre

     

     

     

     le fontaine du Ralliement  "habillée"

     Diaporama ~
    de la visite 

     un tunnel végétal pour aller au théâtre ...

     

     Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !

     Diaporama ~
    de la visite

     

    Végétalisation du cœur de ville : d'un "bout du monde" à l'autre ...
    (de l'avenue Jeanne d'Arc au bout de La promenade du bout du monde en passant par la place du Ralliement)

    La municipalité a choisi l'équipe de paysagistes qui l'accompagnera pour mener à bien son projet de végétalisation du cœur de ville. Première étape: la rénovation globale et entière de l'avenue Jeanne-d'Arc et la réalisation d'une coulée verte jusqu'au site du Bout du Monde, près du château.


    hypothèse ...

    Le projet de végétalisation du coeur de ville consistera à réaliser une "coulée verte", l'élément structurant du projet tel une épine dorsale. Celle-ci reliera en 2016 le square Jeanne-d’Arc au site du Bout du Monde, via la place Lorraine, le parvis de l’ancien hôtel de ville, le Ralliement ... Au delà de la végétalisation et de la "nécessité de valoriser la filière horticole et ses professionnels", le projet vise aussi à ramener de l’animation en ville en permettant aux Angevins et aux visiteurs de se réapproprier les espaces publics autrement.

    Du Bout du Monde à un autre…
    "Il est évident que cette première opération de l'avenue Jeanne-d'Arc donnera le "la" à notre souhait qu'Angers renoue avec son histoire. L'avenue n'est plus que le pâle reflet de ce qu'elle a été, a souligné le maire. Les travaux pourraient durer entre six et huit mois. Au préalable, les riverains du périmètre se verront inviter à des réunions de concertation. 
    L’opération de végétalisation, qui s’inscrira dans un périmètre beaucoup plus large, se déclinera au cours des quatre prochaines années.


    16 commentaires
  • Nous poursuivons le tour de l'îlot de la gare d'Angers (4/5)

    Nous étions au début de la rue Fulton dans le précédant billet et nous nous sommes arrêtés place Giffard Langevin au bout de la rue Éblé et de la rue de Frémur coté gare SNCF.

    Un peu d'histoire : Robert Fulton 1765/1815 , mécanicien américain … Il construit en France en 1798 son premier sous-marin à hélice, qui demeure inutilisé. Puis il réalise en 1807, grâce aux résultats acquis par ses prédécesseurs et à ses propres études, le Clermont, premier bateau qui assure la liaison New-York - Albany sur l'Hudson.

    Cette partie de la rue Fulton n'est pas en beauté néanmoins un plan de réhabilitation se dessine. Bardée de fils électriques, de maison de tous âges et de tous niveaux d'entretien, elle laisse encore deviner les stigmates de la dernière guerre avec des façades en piteux état côtoyant d'anciennes demeures de caractère et des constructions récentes pas meilleur effet.
    Le mur d'enceinte de la gare en son arrière est aussi "triste" ...

    Mais, passons au diaporama ...

     

    Belle mais dans un embrouillamini de ... Que font les électriciens ?

     

     

    T'as de beaux restes tu sais ...1881 !

     

    Diaporama ~
    de la visite

     

     Rien à faire dans cette lignée ! ...

    Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !

     Diaporama ~
    de la visite

    Construit par la société Alstom, le nouveau train Régiolis effectuait mardi sa première liaison commerciale entre Nantes et Angers. À la pointe de l’innovation technologie et plus confortable pour les passagers, il assurera progressivement l’ensemble des déplacements régionaux moyennement denses.

    La rame qui reliait mardi Nantes à Angers, « l’une des premières grandes destinations de la région des Pays de la Loire » selon le vice-président du conseil régional, en charge des transports, effectuait le millionième kilomètre de l’ensemble des trains Régiolis qui circulent sur le territoire français. 
    « C’est un couteau suisse qui permettra de fluidifier le trafic », dixit le représentant SNCF
    Outre son confort, - nombre de places, visibilité accrue, recyclage de l’air en fonction du nombre de passagers, et plancher bas rendant la plateforme accessible aux usagers en fauteuil roulant -, ce train offre la particularité d’être mu par un système dit « Bibi ». pour Bi-mode : électrique et thermique. « Ce système offre l’avantage de pouvoir s’affranchir des éventuels problèmes d’alimentation électrique et surtout de circuler sur les réseaux qui ne sont pas encore alimentés », poursuivait le vice-président du conseil régional. « Dans un contexte économique tendu pour les collectivités, cela nous permet de différer les équipements ».
    Ce train peut également être Bi-courant, pour circuler sur des réseaux dont les voltages électriques sont différents. « Et c’est notamment le cas en Région des Pays de la Loire ».  « Régiolis c’est un couteau suisse qui permettra de fluidifier le trafic ».   
    Confié à Alstom après un appel d’offres européen lancé par la SNCF ce train sera utilisé sur les lignes Nantes-Cholet, Cholet-Angers, Angers-Nantes et Nantes-la Roche-sur-Yon – La Rochelle ... ANGERSMAG


    13 commentaires
  •  Vitrine du savoir-faire angevin …

     ... dans le potager du domaine de Pignerolle à Saint Barthelemy d'Anjou ...
    Sur les 45 jardins présentés cette année dans le potager du Parc de Pignerolle, les écoles primaires sont fortement impliquées dans la manifestation avec 30 parcelles ... 
    Terre des Sciences, partenaire de l'opération a accompagné les enseignants et les animateurs encadrant les groupes inscrits. Le jardin d’école est un excellent outil pour un apprentissage ludique des sciences et amener l’enfant à s’interroger et expérimenter.

     

     mon ancien village "Prûniers" Une pensée émue ...école de mes enfants ...

     

     j'aime cette compsition parmis d'autres ...

     Diaporama ~
    de la visite 

     j'aime aussi qu'on ait valorisé les enfants qui ont participés 

    Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !

      Diaporama ~
    de la visite 

     

    Créer la rencontre entre l’Enfant et la nature, valoriser le patrimoine et le savoir-faire dans le domaine du végétal, c’est l’objectif du concours « Jardins d’expression des écoles primaires», du 19 juin au 27 septembre.


    30 jardins d’expression sont installés au Domaine de Pignerolle à Saint-Barthélémy-d’Anjou où le public est invité à déambuler et à voter pour son jardin préféré.

     

     

    Remise des prix aux enfants
    Quatre prix ont été décernés aux enfants ayant participé aux concours de jardinières. 30 jardinières ont en effet été conçus par 671 jardiniers en herbe issus des centres de loisirs et des écoles du territoire. Elles seront visibles tout au long de l'été aux côtés des Jardins d'expression.


    Les vocations naissent très tôt chez l’enfant, en ce sens, Terre des Sciences, partenaire de l'opération a accompagné durant quelques mois les enseignants et les animateurs encadrant les groupes inscrits. Le jardin d’école est un excellent outil pour un apprentissage ludique des sciences et amener l’enfant à s’interroger et expérimenter.


    18 commentaires
  • Dans le tour de l'îlot de la gare d'Angers (3/5) cette fois nous approcherons et traverserons sous les voies de la partie triage SNCF.

    Le billet précédant nous avait vu nous arrêter devant le parc auto St Laud N°2, entièrement métallique, de la gare.

    Souvenir de 1944 : Angers la gare de triage :

    La ville est épargnée par les bombardements mais une attaque de la Royal Air Force en mai 1944 détruit la plupart des locomotives présentes en gare de triage, cette dernière est rapidement remise en service mais le quartier est durement touché, on compte une centaine de morts, malgré l'ordre d'évacuation du quartier ordonné par le Préfet.

    Nous en sommes à la troisième partie de notre tour de l'îlot de la gare

    (1/5) en rose : la façace de la gare et ses accès
    (2/5) en bleu : un 360° à partir de dessus du parc auto St Laud n°1
    (3/5) en orange : C'est ce que je vous propose de découvrir

    Le nouveau jardin du quartier habitation et bureau du sud de la gare

    Diaporama ~
    de la visite

    Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !

     Diaporama ~
    de la visite

     

    Gare+ :
    C'est la concrétisation de la politique volontariste d'Angers Loire Métropole pour le soutien au développement économique de l'agglomération.
    Gare + SUD se veut encore plus ambitieux dans sa conception en voulant créer un vrai quartier de vie.
    Ainsi, la diversité y sera légion entre habitations, bureaux, commerces, et équipement public. A portée du centre-ville (et toutes ses commodités !) autour de la Gare TGV Saint Laud qui en marquera l'entrée, le nouveau quartier s'étendra jusqu'à la caserne Eblé en lieu et place des actuelles friches industrielles.
    Ce nouveau quartier d'affaires, porteur de nombreux emplois (2500 à 3000 à terme) sera positionné de façon stratégique en étant relié au pôle multimodal (Gare TGV, Gare routière, Desserte des bus, Tramway, Taxis ...)


    13 commentaires
  • L'imaginaire collectif prête souvent à la transmission automatique des défauts infondés. Ainsi le conducteur non initié imagine encore la vieille boîte auto au passage de rapports lents, brutaux et inopportuns, tuant la sportivité, le plaisir de conduire et engendrant une consommation plus importante que sa consœur manuelle. 

    Les jours des bonnes vieilles boîtes mécaniques sont pourtant comptés. Alors que l'Amérique raffole de la boîte automatique depuis une bonne soixantaine d'années, l'Europe s'accroche à son levier. Surtout les pays du Sud. Mais la plupart de nos autos sera demain dotée de boîtes automatiques et le bon vieux binôme levier de vitesse et pédale d'embrayage sera une espèce en voie de disparition, au même titre que la direction non assistée, les manivelles pour baisser les vitres, et la radio K7. En effet les nouvelles boîtes permettent aux voitures de consommer moins tout en gagnant en réactivité. Ferrari ne propose quasiment plus de boite mécanique, tout un symbole.

     

    - détails d'une boite de vitesses automatique ...
    - un levier de choix de vitesses automatique ou manuel ...

    - autre aspect d'un levier de vitesses ...
    - dans tous les cas il n'y a plus de pédale d'embrayage ...


    La révolution robotisée

    Au début des années 2000 sont apparues TCT et DSG, les deux lurons qui allaient changer la vie des automobilistes. La première boîte, développée par Alfa Romeo, et la seconde conçue par Volkswagen n'avaient qu'un but à leurs débuts : palier à la lenteur du passage des rapports et faire en sorte que la boîte s'adapte parfaitement au régime du moteur. La solution? Deux embrayages au lieu d'un seul. Le premier sélectionne une vitesse, pendant que le second, prépare la suivante. Du coup, le passage est ultra-rapide. L'affaire est donc faite bien plus vite que l'action d'une main humaine. Les champions ont d'ailleurs abandonné le levier de vitesse manuel depuis des lustres, toutes disciplines confondues.

    Mais ce mécanisme robotisé a un autre avantage: celui de multiplier le nombre de vitesses. Et donc de faire baisser la consommation de carburant, puisque le régime du moteur est démultiplié d'autant. Une démultiplication toute aussi possible avec une boîte manuelle, d'ailleurs. Sauf que, expérience à l'appui, l'homme a ses limites 9 vitesses (!) qu'il faudrait manipuler à la main et changer souvent, c'est simplement impossible. Avec une boite auto, l'offre peut être illimitée, sans que le bras et le pied gauche du conducteur ne souffrent, Dorénavant les consommations sont similaires aux boîtes de vitesses mécaniques, voire inférieures. Enfin il reste toujours possible de pousser le levier comme avant. Elles passent en manuel pour que le conducteur continue de jouer. Même si, dans la très grande majorité des cas, ce maniement du levier, ou des palettes situées derrière le volant, n'apporte strictement rien.

    Le jour arrivera où l'Europe du sud, sa virilité et son levier de vitesse à manier, se retrouveront isolés. L'Amérique est conquise à l'automatisme depuis des lustres et le japon aussi. Quand au reste de l'Asie, elle est en passe de l'être. Et notamment la gigantesque Chine. Quand nos pays latins seront vraiment les seuls à vouer un culte au passage de vitesses manuelles, les constructeurs mondialisés, sortiront leurs calculettes. Et se diront qu'une bonne vieille boîte pour un bon vieux continent coûte bien cher à produire en petite série. Leur tarif sera alors plus élevé que celui d'un modèle automatique. Ce jour-là, il en sera fini du levier de vitesse et de la pédale d'embrayage, personne ne les regrettera ! ... Angers Séniors

     


     À gauche notre "iOn" Peugeot "Full-électric"  avec un levier de vitesses type boite automatique et pas de pédale d'embrayage.

    À droite : notre C4²R Citroën avec boite de vitesses automatique et sans pédale d'embrayage.

    Résultats : tout se passe sans que le bras droit et le pied gauche du conducteur ne souffrent ... imaginez en ville ou dans les embouteillages ! ...


         Ce qui améliore grandement ma vie à bord de ma C4²R :

    1) La boite à 6 vitesses automatique (EAT6 pour les connaisseurs ) ... Non pas "pilotée"

    2) L'AFIL (Alerte de Franchissement Involontaire de Lignes continues ou discontinues) Rapel à l'ordre si pas fait usage des clignotants ...

    3) La détection des véhicules dans les angles morts gauche et droit avec indicateurs intégrés dans les rétroviseurs ...

    4) les automates gérant les phares (Xénon) et les essuies glaces ...

    5) les automates de gestion de fermeture des portes et des glaces en mains libres...

         Et vous ? Quel est votre idéal auto ?

     


    16 commentaires
  • Dans le tour de l'îlot de la gare d'Angers (2/5) cette fois nous approcherons le Sud/Ouest de la gare ou "Gare +" en cours de reconversion. (Anciens locaux SERNAM)

    Ce qu'en dit le promoteur « Giboire » : Angers, la douceur de vivre au quotidien... Au cœur de la vallée de la Loire, Angers est idéalement située dans l’Ouest de la France au croisement de trois régions. Ville universitaire, riche de son passé, de son dynamisme économique et culturel, de ses nombreux espaces verts, Angers est souvent citée pour sa qualité de vie.

    Le billet précédant nous avait vu nous arrêter devant le parc auto St Laud N°1 de la gare. Bien entendu il ne se visite pas mais en prenant l'ascenceur ... pour voir la gare de haut (environ 300 trains par 24 heures)

     St Laud et la Cathédrale au loin (vu du haut du parc auto St Laud N°1)

     

    La gare St Laud vue de la passerelle

     Diaporama ~
    de la visite  

    la chapelle conventuelle de la rue Faidherbe ...

      

    Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !

     Diaporama ~
    de la visite  

     

    Gare + ... ambitions ...


    Le renouvellement urbain permet de régénérer un quartier et d’offrir ainsi une ville plus durable à ses habitants et à ses usagers. Même si reconstruire la ville sur elle-même peut être bien plus complexe, et plus long à mettre en œuvre qu’il n’y paraît, la reconversion des friches urbaines autour de la gare Saint-Laud constitue pourtant une véritable opportunité pour Angers et pour son agglomération.

    Vivant, novateur, respectueux de ses habitants et de l’environnement : un nouvel écoquartier d’affaire est sur le point de naître en plein centre d’Angers.

    Gare + offre une formidable opportunité de développement pour notre agglomération et rayonnera bien au-delà de nos frontières.


    Avec Gare +, notre ambition est d’inscrire Angers dans le concert des grandes métropoles de l’Ouest. En travaillant en réseau avec les agglomérations du pôle métropolitain Loire Bretagne (Nantes, Saint-Nazaire, Brest et Rennes), nous créons les conditions favorables à l’installation d’entreprises en profitant de la proximité de la gare et du pôle multimodal (trains, cars, bus, tramway). De ces synergies, naîtront entre 2 500 et 3 000 emplois pour les Angevins.

    La Gare devient, comme dans toutes les villes d’Europe, un lieu de passage, un lieu d’affaires, un lieu de vie ... La Mairie d'Angers


    13 commentaires
  • Vitrine du savoir-faire angevin …

     ... dans le potager du domaine de Pignerolle à Saint Barthelemy d'Anjou ...
    Sur les 16 jardins présentés cette année dans le potager du Parc de Pignerolle, les écoles d'art sont fortement impliquées dans la manifestation avec 5 parcelles pour l'école d'Arts Appliqués et une parcelle pour l'ESBA. Les écoles à vocation horticole et paysagiste restent très présentes avec notamment 4 parcelles pour l'ESA et 4 pour le Lycée Le Fresne.

    Un 17e jardin : Les Nouveautés en lumière, est un projet hors concours construit en partenariat avec la ville d'Angers le Bureau Horticole régional et Végépolys. L'équipe d'insertion d'Angers Loire Métropole a été félicitée pour la mise en place de ce jardin.
    D'aucun ont insisté sur « l'intérêt du croisement du monde du travail, de l'économie avec celui de l'école : un challenge indispensable pour une pédagogie participative, incitative et moderne »... Précisons au passage que 92 entreprises locales se sont étroitement associées au travail porté par les 108 étudiants mobilisés sur cette édition.

     

     une rocaille "en bois" 

     

     

    artistique ...

    Diaporama ~
    de la visite
     

     avec le petit puits rond ...

     

      Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !

     Diaporama ~
    de la visite  

    Jardins d'expression
    À découvrir : "Jardins d'expression" du 19 juin au 27 septembre 2015
    >Créer la rencontre entre l’homme et la nature, valoriser le patrimoine et le savoir-faire dans le domaine du végétal, c’est l’objectif de l’événement appelé « Jardins d’expression ».
    Fort de la richesse de son enseignement supérieur en matière de végétal, Angers Loire Métropole a décidé de lancer un concours de jardin destiné à être ouvert aux scolaires, et, bien sûr, aux étudiants des filières horticoles, paysages, mais aussi artistiques. Il s’agit en effet de créer une émulation entre les différents  établissements et montrer à la population le savoir-faire de très haut niveau de la formation angevine.
    Jardins d’expression permet aux jeunes d’exprimer leur créativité, leurs talents, de l’école primaire à l’enseignement supérieur.
    Proposer un exercice grandeur nature aux étudiants de l’enseignement supérieur ... Chaque groupe a pour mission d’aménager une parcelle de 40m2 maximum dans le potager du domaine de Pignerolle.
    Le public peut profiter de ce spectacle de couleurs et d’idées tout au long de l’été et voter pour son jardin préféré.
    Deux prix seront délivrés : l’un par le public, l’autre par un jury de  professionnels.


    13 commentaires
  • Le tour de la gare d'Angers (1/5) cette fois nous regarderons l'approche de la gare et son architecture.

    Histoire :
    Il y avait 3 gares à Angers : Saint Laud, Maître-École et Saint Serge. Seule St Laud reste en activité.

    L'avis « tchou tchou » sur la gare St Laud (commentaire su  Pages Jaunes)
    La gare d'Angers est pour moi l'une des plus belle que j'ai pu voir jusqu’à aujourd'hui. Si votre train a du retard, (c'est très rare ^^^^ ), profitez en pour lever votre tête et admirez les sculptures de la gare ainsi que ses plafonds mais aussi arrêtez vous sur les plaques commémoratives, cela est toujours bon d'apprendre. en été c'est un lieu très agréable où l'on peux s’arrêter même si l'on a pas de train à prendre. Cependant l'hiver rend cet endroit glacial.

     la façade partie principale ...

     

     

     en face "la jeune baigneuse ou sirène"

     Diaporama ~
    de la visite 

    Les rails et des voyageurs prêts ...

      Diaporama ~
    de la visite  

    1942, La lettre d'un Angevin (Prémonitoire à l'ère du tout autocar)
    En raison des modifications du projet et des hausses de prix qui nécessitent une nouvelle combinaison financière, la "grave affaire" des transformations de la gare Saint-Laud revient au conseil municipal en février 1942. C'est alors que le maire reçoit cette lettre datée du 5 février :

    "M'appuyant sur le principe que nul n'a le droit de se désintéresser de l'avenir de la cité, j'ose pour la circonstance vous adresser mon modeste avis (…). Certes je n'ignore pas que la gare Saint-Laud n'est pas à la hauteur de sa fonction, mais il est trop tard pour l'améliorer parce que le transport ferroviaire dès la fin des hostilités sera périmé et l'avenir est aux transports par route.
    Déjà, avant la guerre, les grands réseaux ne tenaient que parce que l'État bouchait le trou de leurs déficits et les petites compagnies disparaissaient les unes après les autres, l'intensité du trafic actuel n'est due qu'à l'absence quasi totale des véhicules et du carburant routiers.
    Il est indéniable que le transport par route assure l'avantage d'éviter toute manutention et tout transit entre l'usinier et l'usager et c'est pourquoi l'avenir immédiat et peut-être provisoire est à la route, elle connaîtra avec les voitures électriques le succès qu'elle a eu autrefois avec les diligences, ce sera sa revanche et à ce sujet ne tombons pas dans l'erreur de Monsieur Thiers qui affirmait un jour solennellement que jamais les chemins de fer ne remplaceraient les diligences.
    Monsieur le Maire, si la ville a des fonds disponibles, pensez plutôt aux gares routières, car j'en vois quatre pour Angers à chaque points cardinaux (les emplacements sont tout indiqués et il n'y en a aucun pour une gare unique). Avec l'avantage en évitant l'embouteillage de minimiser les accidents et de répartir le commerce".

    La lettre n'a pas eu d'incidence sur les travaux du conseil municipal et pourtant, une fois de plus la modernisation de la gare tourne court malgré quelques travaux préparatoires.
    C'est le bombardement du 28 au 29 mai 1944 qui se charge de "rénover" radicalement les installations du XIXe siècle…, et encore, une partie de celles-ci sert au trafic voyageur jusqu'en 1954, début de la construction des actuels bâtiments.

    Épilogue tardif le 12 juillet 1956 avec l'inauguration de la nouvelle gare tant attendue, en présence du directeur général de la S.N.C.F. Sylvain Bertoldi Conservateur des Archives d’Angers

     

      Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique