• Pour l'une de nos marches hebdomadaires de cet été, cap sur Durtal 49 (en 3 billets)

    Durtal se présente :

    Porte de l’Anjou, Durtal a su conserver son caractère avec son patrimoine étoffé et sa nature préservée. Au-delà d’un cadre de vie séduisant, la commune offre les services d’une petite ville moderne. Durtal, tous les atouts d’une grande…

     

     Nous avons suivi approximativement le circuit touristique 

     

     Le Loir (rivière) ... ne pas confondre avec La Loire (fleuve)

    Diaporama ~
    de la visite

     le château de Durtal 49

     

     

    autre façon de visiter rapidement le quartier St Léonard 

    Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !

     Diaporama ~
    de la visite

     

     

    Durtal, le regard de l’Histoire, la vision de l’Avenir

    Porte historique nord de l’Anjou, Durtal s’épanouit en symbiose avec la précieuse nature environnante et les nombreux trésors architecturaux légués par l’Histoire. Les pieds dans le Loir et l’Argance, la tête dans les cimes de la forêt de Chambiers, les constantes nouvelles constructions se marient durablement et harmonieusement au riche patrimoine bâti : châteaux, manoirs, chapelles, quartiers typiques …Trait d’union entre son passé et son avenir, efficacement ancrée dans son présent, la commune offre les avantages d’une ville moderne et solidaire tout en préservant son caractère ancestral et sa taille humaine. Infrastructures sportives et culturelles, services publics et sociaux, modes d’accueil des enfants variés complémentaires, associations abondantes et actives, tissu économique dense et entreprenant, offre diversifiée en matière d’habitat … De quoi profiter pleinement de la légendaire douceur de vivre angevine dans un écrin de verdure dynamique.


      Je ne comprends pas pourquoi je ne suis pas déjà installé dans cette "petite" ville ! NDR

     

    Durtal est une petite ville française, située dans le département de Maine-et-Loire et la région des Pays de la Loire. Ses habitants sont appelés les Durtalois et les Durtaloises.
    La commune s'étend sur 60,6 km² et compte 3 455 habitants depuis le dernier recensement de la population datant de 2005. Avec une densité de 57 habitants par km², Durtal a connu une hausse de 6,7% de sa population par rapport à 1999.
    Entourée par les communes deLes Rairies, Bazouges-sur-le-Loir et Lézigné, Durtal est située à 12 km au sud-ouest de la Flèche la plus grande ville aux alentours.
    Située à 29 mètres d'altitude, la rivière Le Loir, la rivière L'argance sont les principaux cours d'eau qui traversent la commune de Durtal.
    La commune est proche du parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine.

     


    17 commentaires
  • Le phénomène Waze ...

    L'interface peut paraître gadget avec ses pictogrammes façon bande dessinée. Mais grâce à un incroyable réseau de services connectés et géolocalisés qui renseigne sur les conditions de circulation, l'information donnée est tout à fait sérieuse et fiable. (consomme des données internet)

     

     "ventousé" au pare-brise

    pour participer à l'information des "amis"

     Très "clair" à l'usage 

     Très informatif

        WAZE :
    GPS GRATUIT SUR VOTRE SMARTPHONE OU ¡PHONE

     

    CETTE APPLI EST PRESQUE D'UTILITÉ PUBLIQUE, CAR ELLE PERMET UN TRAFIC PLUS FLUIDE ...

    Pour se jouer des bouchons, l'application de navigation gratuite Waze est simplement la meilleure. Une petite start-up israélienne est à l'origine de ce phénomène planétaire. Déçus par les prestations de leur GPS local à la cartographie limitée, trois amis ont créé une plate-forme où les usagers deviennent contributeurs, le principe de l'open source. Chaque utilisateur participe ainsi à renseigner le système sur les conditions de route, de manière passive, grâce à la remontée des données de positionnement GPS. En plus, une communauté de 200000 personnes, particulièrement actives, donnent de leur temps en enrichissant sa cartographie. Un nouveau rond-point est immédiatement pris en compte, par exemple.
    L'efficacité de Waze repose donc d'abord sur le formidable développe-ment des services connectés et géolocalisés, offerts par les smartphones apparus depuis 2008. Indispensable à la collecte d'informations en temps réel, l'appli compte, aujourd'hui, plus de 50 millions d'utilisateurs dans le monde ! Mais comment Waze peut-il être si précis dans le calcul du temps de trajet, même dans les situations difficiles ? "Nous voulons simplement offrir le meilleur service, efficace et sûr", nous explique le directeur des ventes en France, Thomas Guignard, avec un large sourire.
    Il y a quand même un truc, une for-mule aussi secrète que la recette du Coca-Cola. Il s'agit d'un algorithme ultra complexe compilant une immense somme d'informations pour calculer, en temps réel, le trajet le plus rapide, quitte à emprunter des ruelles, étroites mais dégagées. Le succès de Waze, c'est donc aussi un service dont l'information s'enrichit au fur et à mesure : zones de dangers, de contrôles radars et présence éventuelle de forces de l'ordre sont indiquées en direct. On peut même correspondre entre wazers, identifiables à leur pictogramme rigolo figurant sur la carte. International (parfait pour voyager, mais attention aux frais de connexion à l'étranger), Waze est accessible dans 200 pays et 45 langues.

     

     

    BIENVENUE DANS LA GALAXIE GOOGLE
    Le système attire les convoitises. En 2013, le géant Google s'est offert Waze pour la modique somme de ... un milliard de dollars. Si les cartes Google Maps bénéficient dorénavant de l'info trafic Waze, le guidage y demeure plus basique. Simple, voire enfantine, l'inter-face Waze peut agacer, mais elle a le mérite d'être ludique et facile à utiliser pour partager avec d'autres son heure d'arrivée estimée, par exemple.

    En permanente évolution, l'appli s'enrichira bientôt de nouvelles fonctions, comme une indication de l'heure idéale de départ pour un trajet donné. Régulièrement, des stars se prêtent au jeu et enregistrent des indications vocales. Le dernier en date : Arnold Schwarzenegger ! La France intéresse de près la société. C'est l'un de ses premiers marchés et un bureau vient d'y être créé, le premier en Europe. En cinq ans, l'application a conquis 3 millions d'utilisateurs, dont la moitié en région parisienne, où le trajet moyen est de 26 km, effectué à 37 km/h de moyenne et en 42 minutes (selon les statistiques de Waze). Son développement doit beaucoup au bouche à oreille et à la communauté des wazers. Car Waze ne fait pas de publicité... il en vend, c'est même son business mode!. C'est promis : la pub restera limitée en nombre (3 panneaux maximum épinglés sur un écran). Waze est loin d'avoir exploité son potentiel. Des partenariats se développent. Avec Radio Vinci Autoroutes, par exemple. Les discussions vont aussi bon train avec les constructeurs pour de l'équipement en première monte. Logique : les voitures autonomes de demain auront besoin d'un solide guidage.

    PAR N. VALÉANO, PHOTOS DR . AUTO MOTO NOVEMBRE 2015
    ET THOMAS GUIGNARD, DIRECTEUR DES VENTES WAZE FRANCE.

      

     

    Personnellement j'utilise Waze sur mon Samsung Galaxy Note 4 dans ma "iOn électric" et j'en suis très satisfait ! ...

     

     

     

     Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !


    11 commentaires
  • Cette fois, notre marche du mardi nous conduit, pour la dernière partie de notre visite, à Cornillé les Caves (23 km au NEd'Angers)
    Ce village s'est probablement formé autour d'un domaine celte-gaulois, et s'est développé sur une "butte" qui, domine au nord la plaine en contrebas et la vallée de l'Authion au sud.
    De nombreuses carrières de tuffeau ont donné lieu à l'appellation de Cornillé les caves. Des troglodytes sont conservés et restaurés. Un patrimoine riche et des lieux "remarquables" (Place des Tilleuls, Cours de la Liberté, jardin de Curé derrière la Mairie). La Mairie (XVIème) et 6 logis de maître.
    Dans cette troisième et dernière partie de notre sortie, nous arpenterons le Nord et l'Ouest de la commune pour passer devant les "belles" maisons d'un si petit village ...

     

     nous entrons dans le village par le nord cette fois

     

     

     

     recyclage des vieux tonneaux de vins d'Anjou 

     

    Diaporama ~
    de la visite

      de belles "anciennes" maisons 


    Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !

    Diaporama ~
    de la visite

    HISTOIRE DU VILLAGE

    Petit village troglodytique construit sur une butte dominant la vallée Loire-Authion, le bourg de Cornillé s'est implanté sur un domaine gallo-romain, évangélisé par la suite sous le patronage de St Malo qui a donné son nom à l'église.
    Célestin Port (historien) fait remonter l'histoire du village au temps de Foulques Nerra, comte d'Anjou de 987 à 1040. Ensuite, deux abbayes se sont partagées le territoire de Cornillé : l'abbaye du Ronceray et du Perray-Neuf (XII ème siècle )
    Pour la petite histoire, le terme des « caves » a été adjoint à Cornillé afin d'éviter la confusion avec d'autres communes homonymes en 1919 et connaître l'origine des soldats de la guerre de 1914-1918.
    Autre anecdote sur l'origine du nom de Cornillé, peut-être viendrait-il de « Cornouiller » arbuste de haies répandu dans le secteur ou en raison de la couleur de la pierre de tuffeau.
    Depuis 1976, Cornillé-les-caves est un site protégé inscrit au patrimoine. Le village  se distingue par son architecture : ses maisons de maître de belle qualité construites entre le XVI ème et le XIX ème siècle comme La Masselière et la Charpenterie , monuments historiques depuis 2007, ses longères réaménagées.et ses sites troglodytiques disséminés et restaurés.  Depuis 2012, Cornillé-les-caves a obtenu les labels « village de charme » et « village fleuri » (2 fleurs).  Tout cet ensemble fait l’objet d’une zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager (ZPPAUP) depuis le 12 juin 2012.
    Un des plus anciens monuments de la commune est l'actuelle mairie du XVI ème siècle, ce bâtiment eut plusieurs fonctions : cure et école. Quant à l'histoire de l'église un premier édifice fût bâti au XII ème siècle et détruit en 1893 (trop vétuste), l'actuelle église fut construite un peu plus loin vers 1890 dans un style néogothique par l'architecte Beignet.
    Grande curiosité du pays, c'est la tour « phare » qui dépend de la Charpenterie , construite en 1825 par monsieur Lefèvre (architecte nantais) tout en pierre de tuffeau avec un escalier de 90 marches et mesurant environ 30 mètres. Celle-ci permet d'avoir une vue panoramique sur les coteaux de la Loire et par temps clair voir la cathédrale d'Angers et le château de Saumur. Son sommet a été rasé en juillet 1944 par les troupes allemandes.
    Le promeneur curieux pourra découvrir l'aspect pittoresque du bourg avec ses jolies demeures de caractère telles que « la Cour », « la Salle », « la Corne de Cerf », « la Hauteraie », « la Verderie », « la Charpenterie », « la Massellière » et « les Fontenailles » (manoir plus récent), et ses caves creusées dans le tuffeau, restaurées, aménagées et encore habitées pour certaines. 
    Ce petit village tranquille de 459 habitants saura certainement charmer tout visiteur et lui donner envie de s'y attarder.

       
    Je serais heureux de collaborer amicalement avec des amateurs / amatrices pour photographier ensembles notre région (Angers élargie) et publier des vues valorisantes de nos villes, villages, campagnes et de La Loire. 
    Utilisez le lien « contactez-moi ! » en haut de la colonne de droite sous la bannière FB. Merci ! ...


    13 commentaires
  • Cette fois, notre marche du mardi nous conduit à Cornillé les Caves (23 km au NEd'Angers)
    Ce village s'est probablement formé autour d'un domaine celte-gaulois, et s'est développé sur une "butte" qui, domine au nord la plaine en contrebas et la vallée de l'Authion au sud.
    De nombreuses carrières de tuffeau ont donné lieu à l'appellation de Cornillé les caves. Des troglodytes sont conservés et restaurés. Un patrimoine riche et des lieux "remarquables" (Place des Tilleuls, Cours de la Liberté, jardin de Curé derrière la Mairie). La Mairie (XVIème) et 6 logis de maître.
    La Masselière, la Charpentrie et sa tour sont classées "Monuments Historiques". Cette dernière dont l'origine est incertaine, a été probablement construite en raison de rivalité entre 2 familles.
    Dans cette deuxième partie sur les trois de notre sortie, nous  arpenterons le village pour passer devant la tour d'observation, la Charpenterie, la Massolière et la plaine nord qui vient s'étaler jusque dans les hauts de la commune ...

    Les raisons de l’érection de la Tour de Cornillé ?

    On peut attribuer deux motifs qui sont sans doute complémentaires à l’érection de la Tour.
    - Le premier est celui de la vue. La rencontre de F. Lemercier-Lepré avec le voisin Lefebvre lui aura donné l’idée de la Tour, dont la destination était donc la recherche d’une belle vue, comme en témoigne le nom de « tour d’observation » qui figure sur les anciennes cartes postales.
    - Le second motif était probablement le souci d’agrémenter l’environnement de la Charpenterie. Le XIXe siècle est celui des parcs et jardins ; une demeure campagnarde n’est pas réussie si elle ne s’insère pas dans un environnement fait de verdure mais aussi de bâtisses, celles qu’on nomme les fabriques de parc. 

     La Charpenterie ... grosse maison bougeoise à moins de 20 km d'Angers

    Diaporama ~
    de la visite

     la petite maison dont on parle dans le texte de droite

    Parce que cette histoire ainsi relatée à droite leur a paru belle et intéressante, les Compagnons des Caves, heureusement, ont pris la décision de conserver cette construction et de la réhabiliter.
    Ifs vous offrent ainsi le témoignage d'un volet intéressant du passé de notre village ... 

      Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !

     Diaporama ~
    de la visite

     

    CORNILLÉ LES CAVES 49

    Tous ceux que le hasard, les relations ou les ouï-dire conduisent au village de Cornillé-les-Caves sont frappés par sa beauté simple, la grande unité de son architecture.
    Le guide des beaux Villages de France (Édition Sélection de Reader's Digest) cité d'ailleurs Cornillé-les-Caves parmi les cinq plus beaux Villages de Maine et Loire.
    Cette qualité n'a d'ailleurs pas échappé aux autorités administratives puisque dans les années 1960, le site a fait l'objet d'une disposition de protection.
    Lorsque, venant de la rue des Caves, vous vous engagez en flânant dans la rue du Ronceray, dès le premier virage vous vous arrêtez pour contempler une cour qui s'enfonce, en contrebas, donnant accès à d'anciens habitats troglodytiques.
    Mais ce qui étonne le promeneur c'est la toute petite maison posée au milieu des fleurs surplombant cette cour.
    Bien que rénovée récemment, cette maison paraît ancienne. Pour quel usage cette construction en pierres de tuffeaux appareillées, ressemblant plus à une maison de poupée qu'à une habitation, a-t-elle été édifiée ?
    Les anciens propriétaires de cet ensemble récemment acquis par l'association locale des Compagnons des Caves" y avaient adjoint, pour pouvoir l'habiter, une construction préfabriquée en bois.
    Un des objectifs que s'est donnée cette association est la mise en valeur de l'habitat troglodytique du village.
    les Compagnons se sont donc attachés à remettre le site dans l'état primitif que l'on peut aujourd'hui admirer.
    Mais pourquoi conserver cette petite maison, jolie certes mais sans caractère très particulier et qui, manifestement ne peut servir à grand chose ? La première idée a été de la démolir. Puis la décision a été prise de la restaurer. Pourquoi ?
    C'est ce que nous allons vous conter.
    Nous tenons cette histoire d'anciens habitants du Village, aujourd'hui disparus. Est-elle réelle, a-t-elle été imaginée, a-t-elle été enjolivée ?
    Nous ne pouvons ni la certifier ni la contrôler, mais elle nous a paru vraisemblable.
    Autrefois, probablement dès te 17e siècle, le village qui dépendait de l'Abbaye du Ronceray était habité par de nombreux carriers qui exploitaient les veines de tuffeaux du coteau. On trouve encore aujourd'hui les vestiges de leur habitat troglodytique en grand nombre.
    Mais ces carriers, que l'on appelait les perreyeurs, n'avaient évidemment ni service commercial ni service marketing.
    De plus aucun d'eux n'avait la possibilité de fournir les quantités de pierres nécessaires à la construction des châteaux, églises et maisons de la région.
    Ce serait dans cette petite maison que l'un d'eux, peut-être un ancien, avait mission de recevoir les demandes des entrepreneurs et de répartir ces commandes entre chacun des carriers.
    Cette maison aurait donc été une sorte de petit palais de la bourse du commerce et de l'industrie de Cornillé qui alors n'avait pas encore ajouté le nom de "Caves"à sa dénomination ... 

     

       
    Je serais heureux de collaborer amicalement avec des amateurs / amatrices pour photographier ensembles notre région (Angers élargie) et publier des vues valorisantes de nos villes, villages, campagnes et de La Loire. 
    Utilisez le lien « contactez-moi ! » en haut de la colonne de gauche sous la bannière FB. Merci ! ...


    11 commentaires
  • On les appelle parfois les maisons des Schtroumpfs ou des Barbapapa, mais le plus souvent les Kalouguine, du nom de leur créateur. Ces curieux rochers habités ont vu le jour dans les années 1970, au sein du parc HLM d'Angers. « On adore ou on déteste », disent ses locataires. Inscrite au patrimoine architectural du XXe siècle, la cité vient d'être réhabilitée par une société parisienne.

     

     vue d'avion avant réhabilitation

     

     

     

     une idée de masse 

     Diaporama ~
    de la visite

     

     détails de l'extérieur

     Une rénovation très attendue ! … 
    Qu'en disait-on à l'époque : La mairie - qui injecte 600 000,00 € dans le projet - assure que celui-ci aboutira. « On a décidé de vendre au groupe 3F car on sait que c'est du sérieux et il y a une très forte attente » affirme un adjoint.
    Réfection de l'étanchéité, végétalisation des façades, travaux dans les logements et remplacements des halls d'entrées sont autant de chantiers prévus dès cette année. Histoire que le vœu le plus cher de Kalouguine et des habitants de la cité soit enfin exaucé en 2013. 


    Voilà, à ce jour la réhabilitation des appartements et extérieurs est terminée mais pour la végétalisation ...

     Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !

     Diaporama ~
    de la visite

     

    La Cité Kalouguine ...

    Pour la découvrir, il faut contourner le château du roi René, s'écarter à peine du centre-ville et filer vers le quartier Monplaisir, composé de barres et de tours. La Cité Kalouguine y est posée en lisière.
    Drôle d'oasis. En arrivant ici, on éprouve un choc. Sur une pelouse vallonnée et arborée de 4 hectares : neuf immeubles de quatre à sept étages aux formes arrondies. Étranges empilements de toits-terrasses, au crépi délavé. Impression d'être dans un paysage de dessin animé, ou bien quelque part au Maroc. En tout cas, n'importe où ailleurs qu'à Angers.
    La Cité Kalouguine a pourtant poussé là, entre 1972 et 1974, à la faveur du programme « Architecture nouvelle » lancé en 1971, sous Pompidou... « C'était une sorte de ratissage d'idées farfelues », se souvient Vladimir Kalouguine, l'architecte des « rochers habités » qui portent son nom. Il les aurait aimés recouverts de végétation. Un bassin pour recueillir les eaux de pluie, un système d'arrosage partant des toits, avaient même été prévus pour ça. Du Jean Nouvel avant l'heure ... Le projet expérimental de 220 logements sociaux pour l'office public HLM d'Angers a été doté de crédits immédiatement disponibles.
    « On a tout dit au moment de la construction. On en parlait parce que c'était rare, différent : ce que j'ai toujours voulu faire... », affirme aujourd'hui l'architecte. Il avait la quarantaine au début des années 1970 et la certitude, déjà, que les gens vieilliraient mal dans les grands ensembles qui se bâtissaient alors partout en France sur le modèle de Créteil.
    Ses rochers, légèrement espacés, proposaient une autre façon de vivre ensemble. Sur le plus élevé, il avait imaginé une salle de mariages et de réunions et au rez-de-chaussée, un local pour les machines à laver. Une association zen et un centre baptiste les remplacent aujourd'hui. Pour ce qui est de l'aspect technique, sa cité repose sur un système de boîtes empilées les unes sur les autres. Un système poteaux-poutres recouvert de grillage sur lequel a été projeté du béton.
    Pour être différent, c'est différent. « Il n'y a pas deux appartements pareils », répètent les habitants d'un îlot à l'autre. « On adore ou on déteste... », résume une autre habitante. Elle se réjouit pour sa part du grand rez-de-chaussée avec terrasse qu'on lui a attribué. Idéal pour son activité d'assistante maternelle.

    Pascale VERGEREAU.   Ouest-France   13/05/11

     

       
    Je serais heureux de collaborer amicalement avec des amateurs / amatrices pour photographier ensembles notre région (Angers élargie) et publier des vues valorisantes de nos villes, villages, campagnes et de La Loire. 
    Utilisez le lien « contactez-moi ! » en haut de la colonne de gauche sous la bannière FB. Merci ! ...


    18 commentaires
  • Cette fois, notre marche du mardi nous conduit à Cornillé les Caves.

    Le village s'est probablement formé autour d'un domaine celte-gaulois, et s'est développé sur une "butte" qui domine, au nord, la plaine jusqu'au  Baugeois et au sud, la vallée de l'Authion.

    De nombreuses carrières de tuffeau ont donné lieu à l'appellation de Cornillé les caves. Des troglodytes sont conservés et restaurés. Un patrimoine riche et des lieux "remarquables". La Mairie (XVIème) et 6 logis de maître.

    La Masselière, la Charpentrie et sa tour sont classées "Monuments Historiques". Cette dernière dont l'origine est incertaine, a été probablement construite en raison de rivalités entre 2 familles.

    Dans cette première partie sur trois nous visiterons l'église et ses alentours (Place des Tilleuls, Cours de la Liberté, jardin de Curé derrière la Mairie) puis nous prendrons l'une des rues principales jusqu'à "la Fraternité" et son jeu de "boules de Fort"  ...

     

     église romane récente ...

     

     la rue principale du village 

     

     belle ! ...

      Diaporama ~
    de la visite

     un jeu de boule de fort (la Fanny n'est pas visible sur cette photo) 

      Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !

     Diaporama ~
    de la visite

     

     La boule de fort en Anjou

    C'est quoi ? L’homme est par nature joueur et son imagination a su, depuis la nuit des temps, inventer toutes sortes de jeux pour s’amuser et partager. Grâce aux fouilles archéologiques, on a pu découvrir l’existence de jeux de boules chez les Assyriens, les Chinois vers 1000 avant J.-C.ou les Egyptiens (des boules et un cochonnet ont été retrouvés dans le sarcophage d’un enfant en 500 av. J.-C.). De tradition ancienne en Anjou, des écrits font mention dès 1568 de l’existence d’un jeu de boules couvert, situé à proximité d’un jeu de paume. De nombreuses traces écrites mentionnant les jeux de boules parsèment les écrits jusqu’au XVIIIe siècle et c’est au début du XIXe siècle qu’on énonce clairement une façon de jouer qui s’apparente aux boules de fort. La description "méplate" de la boule ne laisse plus de doutes.

    La boule est composée de deux parties de bois de cormier chevillées entre elles et cerclées de fer. Méplate, elle est composée d’un côté faible légèrement évidé en son centre et donc plus léger que son autre côté, le côté fort (d’où le nom du jeu), souvent chargé d’une petite masse de plomb ou d’une vis incrustée dans le bois. Ces particularités en font une boule en équilibre instable. Elle mesure environ 12,5 à 13 cm de diamètre pour 10 cm d’épaisseur. Son poids environne 1,3 kg. Les boules sont aujourd’hui souvent fabriquées en plastique ou résine. Le maître (l’équivalent du cochonnet à la pétanque) pèse 300 g. 

    Le jeu. Autrefois, les jeux, en forme de gouttière, mesuraient jusqu’à 30 m de long pour une largeur de 7-8 m et étaient recouverts de terre tamisée et battue qui provenait de Guédéniau dans le Baugeois. Mais ces terrains situés en plein air demandaient beaucoup d’entretien et se dégradaient rapidement. C’est pourquoi la majorité des jeux sont aujourd’hui couverts et fabriqués en matières synthétiques. Afin de ne pas abîmer le terrain, le port des pantoufles ou savates est de coutume.

    Les règles. Le principe est de placer les boules le plus près possible du maître. On ne doit pas jeter les boules, mais les faire rouler. Le rouleur, accroupi, dépose délicatement sa boule et lui imprime une poussée de façon à ce qu’elle atteigne le maître. Suivant la piste, elle peut parfois mettre 50 secondes avant d’atteindre son but. Le tireur, bien campé sur ses jambes lance sa boule, mais ne la jette pas. La boule est avant chaque départ frottée avec un chiffon afin d’éviter toute poussière qui pourrait la faire dévier de sa course. A la fin de la partie, le joueur nettoie sa boule à l’aide d’un appareil appelé poli-boules ou dérouille-boules. Le jeu se joue par équipe, chaque joueur ayant deux boules. Les points sont inscrits sur un compte-points, semblable à deux horloges. En cas de doute, pour l’attribution des points, le joueur a recours à des tiges métalliques de différentes tailles, appelées bauges, qui permettent de mesurer la distance entre les boules et le maître. Autrefois, les femmes étaient interdites de jouer, mais ces dernières années les cercles leur ont ouvert la porte. A la fin de la partie, la coutume veut que le gagnant paie un verre et si le perdant n'a marqué aucun point, il doit aller « biser le cul de la Fanny », représentation d’une femme montrant ses fesses. Elle peut être représentée en photo, en peinture ou en sculpture. Il existe encore aujourd'hui 390 associations de boules de fort, appelées sociétés ou cercles, qui regroupent environ 40.000 adhérents.

     

         
       Je serais heureux de collaborer amicalement avec des photographes amateurs / amatrices pour montrer

       notre région (Angers élargie) en publiant des vues valorisantes des : villes, villages, campagnes et de La Loire.

       Utilisez le lien « contactez-moi ! » en haut de la colonne de gauche sous la bannière FB. Merci ! ...

     


    16 commentaires
  • "Le Portel" est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.
    ... Ses habitants sont appelés les Portelois. 

    Oui ! ... Mais ! ... Pourquoi aller me "perdre" à "Le Portel", à 502 km de chez moi, le 29/09/2015 ? (502 + 502 = 1004 km dans la journée)

    Pour aller chercher une nouvelle moto que venait d'acheter mon fils ... (KTM 1200 Adventure R ... énorme)

     

     

    (La plage à "Le Portel 62" le 29 sept 2015) ... je suis un pauvre homme seul au milieu de nulle part ...

    Diaporama ~
    de la visite

     Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !


    17 commentaires
  • Cette fois, notre marche du mardi nous conduit à Saint Florent le Viel juché sur le Mont Glonne (30 m au dessus de la Loire) triste lieux souvenirs des guerres de Vendée …
    St Florent le Vieil est, par bien des aspects, une cité de caractère ! Son abbatiale marque le paysage ligérien. Un parcours dans la vieille ville ou la promenade Julien Gracq au bord de la Loire vous dévoilera ses charmes.

    Dans cette troisième et ultime partie, nous entrons dans l'abbatiale et abordons les rues du village, puis nous repasserons une dernière fois sur les quais de Loire ...

     

     l'abbatiale vue de l'ancien emplacement du couvent

     

     

     jeune future mariée préparant l'église pour la cérémonie 

     Diaporama ~
    de la visite

     

     Adieu ! Non, au revoir ma Loire aimée ...

     Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !

     Diaporama ~
    de la visite

     Église abbatiale de Saint Florent le Vieil

    Eglise abbatiale et abbaye mauriste dressées sur le Montglonne surplombant la Loire de ses cinquante mètres. Sa verrière présente des scènes ayant eu lieu à St florent-le-Vieil durant les guerres de Vendée. Située sur le parcours de la Loire à Vélo.
    Abbaye bénédictine édifiée au VIIè siècle, elle a subi de nombreux assauts au fil des siècles.En approchant de Saint Florent le Vieil, c’est le site qui, d’emblée, retient l’attention : l’abbaye bénédictine dressée sur le Montglonne surplombe la Loire de ses cinquante mètres. L’ancienne abbaye mauriste de Saint Florent le Vieil constitue un ensemble monumental majeur de Maine et Loire. Le monastère de Saint Florent a été implanté dès le VIème siècle. L’abbaye est à cette époque puissante. Avec les raids menés par les normands à partir de 850, et leur installation en 853 sur l’île batailleuse, les moines sont contraints de fuir.L'église abbatiale renferme le tombeau de Bonchamps pour lequel a été sculptée "Le Pardon de Bonchamps" de David D'Angers. Sa verrière évoque les guerres de Vendée.

    Le culte monastique : amorcé par Saint Florent sur le Montglonne, est organisé au 7ème siècle par Saint Mauron qui fonde une abbaye soumise à la règle de saint Benoît. Cette dernière est réformée et richement dotée au 9ème siècle par l’empereur Louis le Débonnaire. Mais c’est à Charlemagne, père de ce dernier, que la tradition attribue ces bienfaits. L’abbaye devient un centre actif de l’influence franque sur les Mauges que se disputent Bretons, Angevins et Poitevins.
    L’abbatiale est modifiée de siècle en siècle. Ainsi la nef et le transept sont reconstruits vers 1280, le chœur de 1302 à 1311. Éprouvée par les guerres de religion, l’abbatiale est restaurée de 1702 à 1710, exception faite du chœur et de la porte du 13ème siècle qui, au sud du transept, s’ouvre sur le cloître.
    Au cours des guerres de Vendée, l’abbatiale sert de prison à deux reprises. Elle est restaurée par Tessier en 1896.

    Bonchamps : Le 18 Octobre 1793, le général vendéen Charles-Artus de Bonchamps, blessé à mort au cours de la bataille de Cholet, s’illustre à Saint Florent le Vieil, par un geste de pardon. Il gracie 5000 prisonniers républicains détenus dans l’abbaye, alors que l’armée républicaine incendie et massacre aux alentours.
    Ce même jour, l’armée catholique et royale passe la Loire, marquant le début de la Virée de galerne. La terreur des exécutions a tristement promu Saint Florent le Vieil "haut lieu de mémoire de la Vendée militaire".Son geste de clémence a été immortalisé par le sculpteur David d’Angers, dont le père se trouvait parmi les prisonniers. Ce monument , érigé en 1825, représente Bonchamps couché, le bras levé dans son élan magnanime. Le marbre blanc confère au personnage, un caractère intemporel en renforçant l’éclat de cette exhortation à la paix. 


    9 commentaires
  •    

    J'me suis déconnecté, j'ai laissé tous mes problèmes de coté et 
    J'me suis déconnecté, j'me suis branché sur répondeur tout l'été 
    J'efface le passé détestable, j'ai mis les bagages dans l'Audi 
    j'vis sous le gris mais j'veux la même vue qu'à Angers à midi
    Et j'écout'rai du Biggie, du Tupac pour m'ambiancer 
    Poser au bord d'une fontaine, je f'rai le Beau com Nescafé
    Dans les rues d'Angers j'me fait des photos et "buller" ...

     

    Diaporama ~
    de la visite

    La randonnée pédestre a vite des goûts d'évasion lorsque l'on s'aventure dans les multiples rues d'Angers.

    Diaporama ~
    de la visite

    Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !


    15 commentaires
  • Cette fois, notre marche du mardi nous conduit à Saint Florent le Viel juché sur le Mont Glonne (30 m au dessus de la Loire) triste lieux souvenirs des guerres de Vendée ...

    St Florent le Vieil est, par bien des aspects, une cité de caractère ! Son abbatiale marque le paysage ligérien. Un parcours dans la vieille ville ou la promenade Julien Gracq au bord de la Loire vous dévoilera ses charmes.

    Dans cette deuxième partie, nous terminons la promenade "Julien Gracq" et abordons la chapelle du Marillais et puis nous remontons vers l'abbatiale de St Florent le Viel ...

     

     La chapelle mariale du Marillais

     

     La colonne du Mont Glonne à St Florent le Viel 49

     

     Diaporama ~
    de la visite

     l'abbatiale de St Florent le Viel 49

     

     

    Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !

     Diaporama ~
    de la visite

    Un projet de restauration de la Colonne de Saint-Florent-le-Vieil (49)

    Près de 80 personnes se sont rassemblées à Saint-Florent-le-Vieil, à l’appel du Souvenir Vendéen, afin de commémorer le 220e anniversaire du soulèvement de 1793. Dans son discours d’accueil, le maire de la ville, a lancé l’idée d’une restauration de la Colonne érigée en 1823 pour la venue de la fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette.

    Saint-Florent-le-Vieil est certainement l’une des paroisses les plus riches en souvenirs des Guerres de Vendée. « C’est ici, à la mi-mars 1793, qu’a démarré l’insurrection. C’est ici, en octobre 1793, que Bonchamps gracie 5000 prisonniers républicains retenus à l’abbaye. C’est ici que Stofflet signera la paix de l’Ouvrinière. C’est enfin ici, au Champ des Martyrs de Notre-Dame du Marillais, que furent fusillées près de 2000 personnes », comme l’a rappelé Patrick Garreau au début de sa conférence.

    Les participants à cette journée ont ainsi pu visiter l’église abbatiale, véritable reliquaire de la mémoire vendéenne par ses vitraux, sa crypte et surtout l’admirable tombeau de Bonchamps ; le musée des Guerres de Vendée ; le tombeau de Cathelineau dans la chapelle Saint-Charles, et le Champ des Martyrs du Marillais. Le parcours s’est achevé par un office de la Passion, célébré par le père Pascal Batardière, curé de la paroisse Saint-Maurille-en-Èvre-et-Loire.

    Signalons enfin que Mr le maire a suggéré dans son discours de lancer une souscription, en commun avec le Souvenir Vendéen, pour restaurer la Colonne élevée en 1823 sur le promontoire du Mont-Glonne, face à l’abbaye, à l’occasion de la visite de la duchesse d’Angoulême à Saint-Florent-le-Vieil. Souhaitons que cet appel soit entendu, car ce monument emblématique de la ville n’a fait l’objet d’aucune restauration depuis près de 120 ans ! Vendéens & Chouans


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique